mardi 30 novembre 2021
A VOIR

|

Une journée pour “prendre soin de soi” offerte aux femmes victimes de violences

Publié le

Instaurée depuis 1999 par l’Organisation des Nations Unies, le 25 novembre est une journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes. À cette occasion, le ministère de la Famille organisait l’opération "Une journée pour soi". Un événement destiné à une cinquantaine de femmes victimes de violence et/ou de harcèlement, toutes suivies par des associations et organismes sociaux.

Publié le 25/11/2021 à 15:00 - Mise à jour le 26/11/2021 à 9:33
Lecture 2 minutes

Instaurée depuis 1999 par l’Organisation des Nations Unies, le 25 novembre est une journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes. À cette occasion, le ministère de la Famille organisait l’opération "Une journée pour soi". Un événement destiné à une cinquantaine de femmes victimes de violence et/ou de harcèlement, toutes suivies par des associations et organismes sociaux.

Massage, manucure, self-défense, artisanat et bien d’autres activités étaient au programme de la journée. Des séances de détente, de rafraichissement, d’écoute, d’apprentissage et de partage ont été proposés à ces femmes marquées par les violences, des expériences bien-être, pour leur redonner confiance en elles et le goût à la vie. Ces moments seront l’occasion de se réapproprier leur corps, et de retrouver l’estime d’elles-mêmes qu’elles ont souvent perdue. “L’objectif principal, c’est vraiment de travailler sur la restauration de l’estime de soi. Donc c’est un long parcours, mais aujourd’hui nous souhaitions donner à ces femmes quelques outils pour commencer ou poursuivre le travail qu’elles mènent déjà sur elles-mêmes” explique Ravahere Rauzy, conseillère technique au ministère de la Famille.

En 2020, on enregistre plus de 2 500 victimes de violences, dont 65% se situent dans la sphère familiale et 80 % sont des femmes. Hinarere, de son nom d’emprunt, a accepté de nous parler des bienfaits de l’atelier où elle se trouve : “Pour ma part, se maquiller c’est déjà bien. Pourquoi ? Parce que c’est prendre soin de soi-même. Et prendre soin de soi-même, ça fait un moment qu’on l’a oublié avec tout ce qu’on a vécu et tout. Et le fait de se maquiller et de se voir dans la glace, le moral, il est à 200%”.


Se regarder dans un miroir et se trouver belle, ce n’est pas le quotidien de ces femmes. Bien au contraire. Animateur d’un des ateliers, Witney leur donne des techniques de maquillage et de motivation : “On connait tous des femmes qui ont vécu ce genre de violences. Et le fait de faire ce genre d’événement peut les aider un peu à reprendre confiance en elles, à reprendre soin d’elles surtout et à avoir une meilleure estime d’elles et être bien”

Pour la prochaine édition, le ministère de la Famille veut aller plus loin. Avec l’aide des associations et des foyers d’hébergement, il compte élargir le concept afin de toucher encore plus de victimes. Une initiative certes louable, mais qui ne permet pas vraiment de lutter contre les violences faites aux femmes.

infos coronavirus