fbpx
dimanche 17 novembre 2019
A VOIR

|

Danielle Badero manifeste une nouvelle fois pour récupérer sa maison

Publié le

Après un sit-in devant la cathédrale de Papeete au début du mois, elle a décidé de manifester ce jeudi matin face au palais de justice. Danielle Badero veut attirer l’attention sur ses mésaventures. Après avoir acheté une vaste demeure à Mahina il y a un peu plus d’un an, elle souhaite y habiter. Mais les locataires qui y résident refusent pour le moment de quitter les lieux. Un bras de fer qu’elle dit ne plus supporter.

Publié le 11/07/2019 à 15:59 - Mise à jour le 11/07/2019 à 16:15
Lecture 2 minutes

Après un sit-in devant la cathédrale de Papeete au début du mois, elle a décidé de manifester ce jeudi matin face au palais de justice. Danielle Badero veut attirer l’attention sur ses mésaventures. Après avoir acheté une vaste demeure à Mahina il y a un peu plus d’un an, elle souhaite y habiter. Mais les locataires qui y résident refusent pour le moment de quitter les lieux. Un bras de fer qu’elle dit ne plus supporter.

Accompagnée de quelques amis, Danielle Badero a manifesté ce jeudi matin devant le tribunal de Papeete. À bientôt 60 ans, et atteinte de la maladie de Parkinson, elle se dit fatiguée par le bras de fer qui l’oppose aux locataires de la maison qu’elle a achetée il y a un peu plus d’un an. Une belle et grande demeure dans laquelle elle n’a toujours pas pu poser ses valises car les occupants refusent de quitter les lieux.

“Ils ne veulent pas partir. Ils s’accrochent à la maison alors qu’ils pourraient louer ailleurs, regrette-t-elle. Et l’une des occupantes, quand je lui ai dit : je suis malade, laisse-moi rentrer chez moi. Elle m’a dit : va crever dans ton coin.”

Des photos de la maison en question, à Mahina. (crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Contacté, l’avocat des locataires estime que le bail de ses clients est en bonne et due forme et précise qu’ils s’acquittent chaque mois d’un loyer de 260 000 Fcfp. Il ajoute que Danielle Badero a saisi ces derniers mois par trois fois le juge des référés, et que le magistrat l’a déboutée de chacune de ses demandes. Une injustice selon elle.

“Les lois ne sont pas adaptées, dit-elle. C’est pour les pauvres gens qui perdent leur boulot, c’est pour les pauvres gens qui sont en difficulté que la loi protège les locataires. Dans ces cas-là, ça se comprend. Mais là j’ai l’impression qu’ils n’entrent pas du tout dans ce cas de figure.”

Usée par ce conflit, Danielle en appelle aujourd’hui aux plus hautes autorités du Pays. “Je pense que la personne la plus appropriée pour m’aider, c’est Edouard Fritch, estime-t-elle. Je l’appelle au secours, que je puisse rentrer chez moi dans ma maison. Qu’il m’aide, qu’il fasse quelque chose.”

Au vu de la situation, l’avocat des locataires explique que ses clients sont prêts à libérer la maison. Ce qui sera fait selon lui dès qu’ils auront trouvé une location qui leur convient. Certains protagonistes de l’affaire s’interrogent toutefois sur la personnalité de la sexagénaire. En 2013, elle avait en effet été condamnée à deux ans de prison avec sursis pour avoir séquestré sa fille en métropole. Et les experts avaient dépeint lors du procès une femme “psychorigide”.

Des séjours thérapeutiques pour jeunes en difficulté

Depuis trois ans, le nombre de délits commis par des mineurs au fenua est en baisse. Afin de lutter contre la récidive, les adolescents sont pris en charge par la direction territoriale de la protection judiciaire de la jeunesse. Celle-ci agit sur trois leviers : la famille, l’insertion et la santé. Sur ce dernier volet, trois séjours thérapeutiques ont été organisés cette année. Le dernier vient de se terminer à la Presqu’île.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X