jeudi 22 août 2019
A VOIR

|

Création d’une cellule d’aide aux victimes des essais nucléaires

Publié le

Publié le 13/10/2016 à 14:12 - Mise à jour le 13/10/2016 à 14:12
Lecture 2 minutes

A l’origine de cette initiative, le décès, en 2004, de la femme d’Yves Conroy, victime des radiations liées aux essais nucléaires. En effet, d’après les médecins qui traitaient sa femme pour plusieurs cancers, ses tumeurs étaient dues aux rayonnements ionisants. Les déclarations des médecins traitants ont été jointes au dossier de demande d’indemnisation prévu par la loi Morin.

Le 5 juillet 2016, la Civen (Comité d’indemnisation des victimes des essais nucléaires) confirme par courrier qu’il allait bénéficier d’une indemnisation, car les cancers de sa femme ont bien été provoqués par les radiations liées aux essais nucléaires.

Là où le bât blesse, c’est que la femme d’Yves Conroy n’a jamais mis les pieds de sa vie à Moruroa et Fangataufa, et n’est jamais allée aux Gambiers. Elle a grandi à Raiatea, aux îles-Sous-Le-Vent et a vécu uniquement à Tahiti. C’est à dire hors du périmètre reconnu par la loi Morin pour bénéficier des indemnisations.

Le périmètre reconnu par la loi Morin englobe Moruroa, Fangataufa et les zones dites à risques que sont, la presqu’île deTahiti, les Gambier et les atolls de Tureia, Pukarua et Reao.

Pour l’association, cela ouvre le champ d’indemnisation à tous les habitants de la Polynésie. C’est pour cela qu’elle compte mettre en place cellule d’aide aux familles de personnes victimes des retombées des essais nucléaires pour que tous les Polynésiens atteints des maladies répertoriées sur la liste de la loi Morin, puissent monter un dossier  de demande d’indemnisation.

Pour Auguste Uebe-Carlson, président des 193,  “Un des objectifs importants de ce jour, est la création d’une cellule de réparation et d’accompagnement de toutes les victimes liées aux essais nucléaires. (…) D’ici la fin de cette année, nous allons proposer des séminaires de préparation et de mise en place pour bien comprendre les démarches à suivre et en janvier 2017, nous ouvrons cette cellule d’accompagnement.”

Cette cellule est destinée à toutes les victimes en Polynésie, et non pas uniquement à ceux ou celles qui ont travaillé à  Moruroa et Fangataufa et dans les zones dites “à risques”. Pour l’association, “Tous les archipels sont concernés”.

 

ITW de Auguste Uebe-Carlson, pdt de l’association 193

Yves Conroy de son coté considère être arrivé à la phase finale de ce qu’il voulait, à savoir, “Que la France reconnaisse que ma femme est morte des suites des retombées des essais nucléaires. Ca me suffit.” Poursuivant,“Maintenant, ils en sont à la phase d’indemnisation, mais ça, personnellement, je m’en fous. La vie de ma femme n’a pas de prix.” 

Douze ans après le décès de sa femme, le combat continue. “Maintenant, je me dois d’aider les autres à faire leur dossier”.

Itw d’Yves Conroy

Rédaction Web avec Sam Teniaore

Laissez un commentaire

épidémie de dengue

DOSSIERS DE LA REDACTION

Le recyclage des déchets numériques en Polynésie

Comment recycler vos déchets électriques et électroniques ? Que deviennent-ils ? Qui finance les collectes ? Autant de questions essentielles pour notre environnement. Depuis le mois de juin, des opérations menées par Fenua Ma ont permis de récolter près de 30 tonnes de déchets auprès des particuliers. Un défi à relever pour la planète, mais qui n’est pas facile à mener.

Animaux errants, divagants… que font les communes pour endiguer le problème ?

Les animaux errants incarnent un souci permanent pour les Tavana à la recherche de solutions. À Bora Bora, une vaste campagne de stérilisation a été lancée en 2016, et cette année, l’île s’est aussi dotée d’un chenil géré par l’association "Bora Bora animara".

Dossier : tout sur l’allocation de rentrée scolaire

20 000 foyers ont reçu depuis jeudi dernier l’Allocation de rentrée scolaire (ARS) versée par la CPS. Cette aide financière est souvent indispensable pour les ménages les plus modestes. 35000 enfants de 2 à 21 ans vont pouvoir toucher entre 5000 et 24000 Fcfp pour acheter des fournitures scolaires. A qui s’adresse l’ARS ? A quel montant peut-on prétendre ? Réponses dans notre dossier :

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER