samedi 17 avril 2021
A VOIR

|

CPS : le CA explique pourquoi Régis Chang renonce à son indemnité de départ

Publié le

Publié le 27/06/2017 à 12:17 - Mise à jour le 27/06/2017 à 12:17
Lecture 2 minutes

10 millions de francs : c’est le montant de l’indemnité de départ à laquelle pouvait prétendre Régis Chang, après huit ans à la tête de la CPS.  Nos confrères de Radio 1 avaient révélé l’information il y a deux mois. Le 13 juin, le nouveau conseil d’administration a reçu les anciens directeurs de la caisse et président du CA pour faire le point sur la procédure… Son président, Ronald Blaise, explique pourquoi Régis Chang renonce à sa prime… 

Dans un communiqué, le président du CA de la CPS indique qu’une « prime de départ, conformément à la procédure interne applicable aux dirigeants de la CPS, a bien été examinée et accordée en comité de rémunération à l’initiative de l’Administrateur provisoire, en faveur du directeur sortant par avenant à son contrat de travail ». Il ajoute que  » Régis Chang n’était pas demandeur de cette prime. Dansle cadre du départ annoncé et programmé du directeur sortant, cette dernière est à l’initiative de l’administrateur provisoire et du comité de rémunération dont le président actuel du CA était membre et partie prenante, qui ont estimé légitime le versement d’une prime exceptionnelle eu égard au travail de qualité réalisé par Monsieur CHANG durant 8 années. L’évaluation fut réalisée sur la base du bilan d’activité qui leur a été transmis ». 

Pourtant , à la demande de ce même conseil, « malgré l’existence d’un avenant régulier à son contrat de travail et compte tenu de ce qui précède, Monsieur Régis Chang a renoncé à cette prime de départ ».
 

Laure Philiber

infos coronavirus

Nouvelle-Zélande : essai d’une application pour détecter le virus avant les symptômes

L'application, appelée "elarm", se connecte aux montres connectées ou aux appareils mobiles qui mesurent les performances sportives et utilise l'intelligence artificielle pour...

Retour sur une année de Covid en Polynésie

L’année dernière à la même période, la Polynésie était confinée. Un mauvais souvenir marquant le début d’une crise sanitaire et économique due à la Covid-19. Des premiers cas au compte-gouttes, puis la flambée, jusqu’au contrôle de l’épidémie depuis fin décembre, le Dr Henri-Pierre Mallet revient avec nous sur cette année difficile.