dimanche 24 octobre 2021
A VOIR

|

Covid-19 : zoom sur l’approvisionnement et la logistique d’oxygène en Polynésie

Publié le

Face au variant Delta, le besoin en oxygène est au cœur de la prise en charge des patients en insuffisance respiratoire. En Polynésie, la société Gazpac située à Tipaerui, est la seule société à fournir des bonbonnes à l’ensemble des structures de santé. Et en seulement 3 semaines, la demande en oxygène a battu des records : soit l’équivalent de 8 mois des besoins habituels.

Publié le 15/09/2021 à 16:05 - Mise à jour le 16/09/2021 à 9:56
Lecture 2 minutes

Face au variant Delta, le besoin en oxygène est au cœur de la prise en charge des patients en insuffisance respiratoire. En Polynésie, la société Gazpac située à Tipaerui, est la seule société à fournir des bonbonnes à l’ensemble des structures de santé. Et en seulement 3 semaines, la demande en oxygène a battu des records : soit l’équivalent de 8 mois des besoins habituels.

Les bouteilles d’oxygène sortent de l’usine Gazpac 7 jours sur 7. Avec l’augmentation du nombre de patients pris en charge pour des détresses respiratoires depuis le mois de juillet, les demandes ont explosé en Polynésie : les commandes de l’hôpital de Moorea ont été multipliées par 51, l’hôpital de Uturoa par 22 et celles du CHPF par 9. Une personne en réanimation peut consommer entre 15 et 60 litres par minute d’oxygène.

“Nous avons constitué une flotte d’iso containers qui est assez conséquente et qu’on avait prépositionné au plus près des usines spécialisées dans l’oxygène liquide, et donc la cryogénie” indique Myriam Balme, directrice générale de Gazpac. Les containers contiennent le précieux médicament : l’oxygène liquide cryogénisée. L’entreprise a dû anticiper sur les stocks et suivre de très près les livraisons maritimes d’isotanks depuis la Nouvelle-Calédonie et la Nouvelle-Zélande.

L’entreprise gère les rotations de 9 isotanks aujourd’hui contre 3 en temps normal pour assurer la continuité de l’offre. L’usine de Tipaerui est la seule sur le territoire capable de transformer de l’oxygène liquide maintenue à -183 degrés à l’état gazeux. “Pour procéder à ce transfert-là, on va jouer avec les changements d’état liquide/gazeux, pour créer de la pression dans le réservoir donneur afin que ça nous serve à pousser le liquide dans la cuve” explique Emilien Doye, directeur technique.

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Lorsqu’elles sont pleines, les deux cuves de stockage représentent l’équivalent d’un an de consommation en oxygène. 1 litre d’oxygène liquide correspond à 850 litres d’oxygène gazeux. Et chaque jour, il faut en livrer des millions dans ces bouteilles à usage médical. “La Polynésie a une géographie assez spécifique. Une fois que les bouteilles partent, elles mettent du temps à revenir, donc c’est toute une logistique de rotations des bouteilles puisqu’elles doivent faire des allers-retours jusqu’à Gazpac pour être acheminées au plus près du patient” précise Pauline Moreau, directrice du site Gazpac Tahiti.

La société comptait 3 000 consignes d’oxygène avant la crise sanitaire, et 5 000 sont nécessaires aujourd’hui pour répondre aux besoins. 1 000 autres sont en cours d’approvisionnement. De quoi redonner du souffle à la Polynésie.

Rédigé par

infos coronavirus