samedi 5 décembre 2020
A VOIR

|

Covid-19 : une pétition pour créer une réserve civique en Polynésie

Publié le

La solidarité. Pour éviter les initiatives personnelles et regrouper les bonnes volontés, un citoyen a lancé une pétition. Le but : demander la mise en place d'une réserve civique sur le modèle de ce qui se fait en métropole.

Publié le 23/03/2020 à 9:16 - Mise à jour le 30/03/2020 à 15:26
Lecture 2 minutes

La solidarité. Pour éviter les initiatives personnelles et regrouper les bonnes volontés, un citoyen a lancé une pétition. Le but : demander la mise en place d'une réserve civique sur le modèle de ce qui se fait en métropole.

Une pétition a été lancée la semaine dernière pour demander la création d’une réserve civique en Polynésie, sur le modèle de la métropole.

« La réserve civique permet l’engagement bénévole et occasionnel de citoyens et étrangers résidents régulièrement sur le territoire, explique Nicolas Perez, à l’origine de la pétition.

Être réserviste civique, c’est être acteur d’un ou plusieurs projets d’intérêt général, inspirés par les valeurs de la République, proposés par des organismes publics ou associatifs.

Ces projets peuvent concerner 12 domaines d’action : la solidarité, le vivre ensemble, l’éducation, l’insertion et l’accompagnement professionnel, la culture et les loisirs, la santé, l’environnement, le sport, la mémoire et la citoyenneté, la coopération internationale, les interventions d’urgence en situation de crise ou d’événement exceptionnel, la sécurité. »

La pétition s’adresse au président de la Polynésie Edouard Fritch et au haut-commissaire Dominique Sorain. Au moment où nous écrivons, 220 personnes ont déjà signé.

Sur les réseaux sociaux, Nicolas Perez explique sa démarche : « l’idée surtout c’est d’éviter toutes les initiatives personnelles (…) et se mettre en danger et du coup mettre en danger la communauté. Je ne gagne rien. Ce que je veux c’est juste apporter ma petite pierre. »

« Soyons solidaires parce que c’est ce qui nous restera dans quelques semaines. »

Nicolas Perez

Et il rassure ceux qui hésitent : « Ça n’engage en rien cette signature de pétition, c’est juste pour demander aux autorités, engager le dialogue afin de recenser toutes ces bonnes volontés sur Tahiti et dans les îles parce que les îles, je n’espère pas qu’elles vont être touchées mais il faudra bien recenser à un moment donné, des gens de bonne volonté là bas sur place aussi et qui pourront épauler les services des communes, de l’Etat et du Pays pour faire des tâches qu’elle quelle soient. Ça peut être de la garde d’enfants, aller voir son voisin à côté, sortir les poubelles ou autre chose. je me suis simplement basée sur ce qui se passe en métropole (…) J’espère qu’elle ne servira pas à Tahiti. (…) Soyons solidaires parce que c’est ce qui nous restera dans quelques semaines. »

A Moorea, certains se sont déjà porté spontanément volontaires pour aider le personnel de l’hôpital de Afareaitu. La commune a fait appel à ses agents : une quinzaine se sont déjà manifestés.

infos coronavirus

Covid-19 : le service de réanimation du CHPF soutenu par la réserve sanitaire

Depuis le début de la crise, des réservistes sanitaires de métropole effectuent des missions pour renforcer et soulager les équipes de soignants. 12 d’entre eux, spécialisés en réanimation sont arrivés sur le territoire jeudi dernier. Ils travaillent 24 heures sur 24 heure aux côtés des équipes du CHPF. Une mission sur la base du volontariat.