vendredi 3 décembre 2021
A VOIR

|

Covid-19 : tout savoir sur le pass sanitaire

Publié le

Le pass sanitaire est exigé en Polynésie pour les voyages inter-îles, dans les bars et discothèques, pour les concerts et spectacles, et pour bien d’autres événements. Comment l’obtenir ? Comment le contrôler lorsqu’on organise un événement ? Les réponses dans notre article :

Publié le 17/11/2021 à 14:15 - Mise à jour le 01/12/2021 à 16:58
Lecture 4 minutes

Le pass sanitaire est exigé en Polynésie pour les voyages inter-îles, dans les bars et discothèques, pour les concerts et spectacles, et pour bien d’autres événements. Comment l’obtenir ? Comment le contrôler lorsqu’on organise un événement ? Les réponses dans notre article :

Les autorités ont annoncé le déploiement du pass sanitaire en Polynésie à compter du 22 novembre pour les déplacements inter-îles et à compter du 1er décembre pour accéder à plusieurs activités comme le cinéma, les salons, discothèques, événements culturels ou encore fêtes foraines et établissements de santé (hors urgences).

Lire aussi > Le pass sanitaire exigé dans tous les hôpitaux de la direction de la santé

Le pass sanitaire n’est pas un pass vaccinal ont rappelé les intervenants de la plateforme covid ce mercredi. Le pass consiste en la présentation, numérique (via l’application TousAntiCovid) ou papier, d’une preuve sanitaire, parmi les trois suivantes :

  • certificat de vaccination (pour l’obtenir, cliquez ICI)
  • certificat de test négatif (pour savoir où réaliser votre test, cliquez ICI)
  • certificat de test positif, appelé aussi certificat de rétablissement (pour savoir où vous le procurer, cliquez ICI)

“Le certificat de vaccination (…) est valide tant que le schéma vaccinal est complet (…) Je le précise car des rappels vont devenir obligatoires notamment pour les matahiapo (…) Les personnes vaccinées en Janssen avant la mi-octobre devront avoir un rappel en Pfizer pour que le certificat reste valide au-delà du 15 décembre“, a précisé Romain Flory, chef de projet santé numérique responsable process et data à la plateforme covid.


Concernant le certificat vaccinal, il est possible de générer immédiatement le Qr Code après la deuxième dose mais le schéma sera complet et le pass (option certificat vaccinal) ne sera ok que :

  • 7 jours après la deuxième injection de Pfizer
  • 28 jours après le Janssen

Concernant la 3e dose : le pass est actif dès l’injection de la 3e dose

“Le certificat de vaccination est une première preuve. Deuxième type de preuve : le certificat de test négatif. (…) Le dernier élément, c’est le certificat de test positif aussi appelé certificat de rétablissement (…) Il va préciser que vous avez été positif a un instant T et par rapport à cette date de prélèvement la personne pourra présenter cette preuve du 11e jour après sa date de prélèvement jusqu’au 6e mois”.

Lire aussi > Le pass sanitaire bientôt conditionné à la dose de rappel en Polynésie aussi

Les personnes qui n’ont pas accès à internet ou qui ne sont pas à l’aise avec l’outil numérique pourront tout de même obtenir leur pass sanitaire : “Nous avons demandé le concours des communes pour qu’ils puissent obtenir le certificat de vaccination. Les autres certificats s’obtiennent directement auprès du professionnel de santé.”

Du côté des professionnels qui devront demander le pass à leurs clients ou visiteurs, le pass pourra être contrôlé grâce à l’application TAC Verif téléchargeable sur Android ou Apple. L’application permettra de vérifier l’identité (nom et prénom) de la personne et si son pass est bien valide. Aucune autre information ne sera mentionnée, pour respecter la vie privée et le secret médical.

Lire aussi > Mise en place du pass sanitaire au CHPF à compter du 1er décembre

Dans les hôpitaux et cliniques où le pass sera demandé aux visiteurs et personnes ayant un rendez-vous programmé, “il y aura une période de transition, une période de pédagogie. L’objectif étant de protéger nos structures”, a souligné Romain Flory.

Mais attention : “Produire ou utiliser un faux document expose jusqu’à 3 ans d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende” (plus de 5 millions de Fcfp) selon le site officiel de l’administration française. Selon le même site, “utiliser le pass d’un tiers ou proposer l’utilisation frauduleuse est puni d’une amende de 750 euros (environ 90 000 Fcfp, NDLR), forfaitisée à 135 euros (environ 16 000 Fcfp, NDLR) si elle est réglée rapidement. En cas de présentation d’un nouveau passe sanitaire qui n’est pas le sien dans les 15 jours suivant la 1re verbalisation, le montant atteint 1 500 euros (environ 180 000 Fcfp, NDLR). Si cette violation est constatée plus de 3 fois en 30 jours, la sanction pénale encourue est portée à 6 mois d’emprisonnement et 3 750 euros (environ 449 000 Fcfp, NDLR) d’amende.

La page dédiée au pass sanitaire sur le site de la direction de la Santé est à retrouver en cliquant ICI

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Retrouvez notre liveblog sur l’édition spéciale ici :

infos coronavirus