dimanche 29 novembre 2020
A VOIR

|

Covid-19 : quels protocoles sanitaires pour les infirmiers libéraux à Raiatea ?

Publié le

Plusieurs corps de métiers sont directement exposés à la Covid-19. Parmi eux, les infirmiers libéraux. À Raiatea, ils sont cinq à exercer cette profession. Depuis le mois de mars, leurs visites à domicile sont soumises à un protocole très rigoureux, afin de les protéger, ainsi que leurs patients.

Publié le 21/10/2020 à 14:35 - Mise à jour le 21/10/2020 à 15:59
Lecture < 1 min.

Plusieurs corps de métiers sont directement exposés à la Covid-19. Parmi eux, les infirmiers libéraux. À Raiatea, ils sont cinq à exercer cette profession. Depuis le mois de mars, leurs visites à domicile sont soumises à un protocole très rigoureux, afin de les protéger, ainsi que leurs patients.

Se laver les mains au savon semble être un geste anodin pour tous, mais pour Sophie Plazzi, infirmière libérale à Raiatea, il est plus que nécessaire, surtout lorsqu’elle opère à domicile : « On fait attention à amener le moins de choses possibles. C’est-à-dire que si je vais chez quelqu’un avec des affaires, je vais les laisser chez lui, ça sera ses compresses, ses pansements… Je ne ramène pas de l’un à l’autre. (…) Le gros souci, c’est pas que je l’attrape car je suis encore jeune et en bonne santé, c’est de le transporter et de contaminer surtout les patients que l’on côtoie qui ont souvent des pathologies associées, des diabétiques, des insuffisants rénaux, des insuffisants cardiaques et des gens âgés. Notre souci, c’est vraiment d’amener le coronavirus dans les maisons ».

Pas question donc, de déroger à la règle. Depuis le mois de mars, Sophie a dû s’adapter à la situation et changer ses habitudes. « Je nettoie et désinfecte mon matériel personnel après chaque patient. Je fais un petit tour de ma voiture en fin de tournée. À chaque fin de journée, on rentre, on passe à la douche, et on lave tous nos vêtements à fond » confie-t-elle.

Des protocoles sanitaires que la population de Raiatea devrait suivre plus sérieusement. En l’espace de deux semaines, l’île est passée de 2 à 30 cas confirmés.

infos coronavirus

À Raiatea, le ma’a tahiti pour aider les jeunes à s’en sortir

Pour sortir du marasme économique, à Raiatea, une famille de Tumaraa mise sur un savoir-faire ancestrale : le "ahi ma'a". Depuis le début de la crise, plusieurs jeunes se retrouvent sans emploi, et le retour aux sources pourrait les aider à sortir de ce mauvais pas...

Eugène Sommers, président du CESEC : « Il y a 640 milliards qui dorment » dans les banques

Afin de faire un tour d’horizon de l’actualité, Eugène Sommers, président du Conseil Économique, Social, Environnemental et Culturel de la Polynésie française (CESEC), était l'invité de notre journal :