jeudi 23 septembre 2021
A VOIR

|

Covid-19 : Manutea Gay rappelle la nécessité des gestes barrières

Publié le

Invité sur notre plateau JT dimanche soir, Manutea Gay, responsable de la plateforme covid, a incité la population à maintenir les gestes barrières, indiquant qu'un relâchement des comportements est en partie responsable de la flambée des cas de covid.

Publié le 09/08/2021 à 9:48 - Mise à jour le 09/08/2021 à 9:48
Lecture 2 minutes

Invité sur notre plateau JT dimanche soir, Manutea Gay, responsable de la plateforme covid, a incité la population à maintenir les gestes barrières, indiquant qu'un relâchement des comportements est en partie responsable de la flambée des cas de covid.

“Vous avez vu que, que ce soit le CHPF du Taaone ou que ce soit sur l’île de Rapa, il y a des tensions. Bien évidemment, l’ensemble du personnel des services de santé et des communes est mobilisé pour faire face à cette pandémie qui s’affole. Mais je voudrais quand même d’une part rassurer la population : les services sont là pour y faire face. Mais je voudrais aussi demander à l’ensemble de la population de contribuer aux différentes mesures que nous mettons en place, et notamment le respect des gestes barrières qu’on n’arrête pas de demander depuis des mois. On n’a jamais demandé de les cesser. Et c’est en raison de ce relâchement également […] que cette flambée existe depuis 10 jours”.

Combien de temps reste-il avant que les centres hospitaliers de Tahiti, Moorea et Raiatea ne soient pleins ?

“Il a fallu ouvrir d’autres services [ndlr : au CHPF du Taaone], donc ça veut dire en fermer certains pour pouvoir les transformer en centre d’accueil de patients atteints de covid. Nous avons évoqué la réanimation, nous avons 20 lits en réanimation. C’est une prouesse d’avoir 20 lits en réanimation, il faut protéger ce service, parce que s’il y a saturation, là il risque d’y avoir des problèmes. Encore une fois, je demande la sagesse de tout le monde et d’entendre nos conseils et de les respecter”.

La campagne de vaccination est toujours en cours. Peut-on rappeler à la population ce qu’est l’immunité ?

“Bien que la campagne de vaccination fonctionne, je rappelle que depuis 6 mois, […] nous avons pu proposer la vaccination a un bon nombre de personnes. Certains archipels ont bien accepté, d’autres moins, c’est de leur responsabilité. L’immunité collective, c’est ce que nous recherchons. L’immunité collective, c’est-à-dire le plus de personnes se faisant vacciner, va permettre d’avoir une couverture vaccinale. Le plus de personnes qui vont posséder des anticorps vont pouvoir mieux se défendre et la contamination pourra être jugulée. C’est important. Parmi nous tous, nous avons des personnes fragiles. Fort heureusement, nous avons privilégier la vaccination de nos matahiapo dès le début, ce qui fait que c’est la population la plus fragile mais qui est la mieux protégée aujourd’hui”.

Nous sommes à quelques jours de la rentrée. Est-ce qu’il y aura d’autres cluster ou est-ce qu’il y aura assez de personnes vaccinées selon vous ?

“C’est un peu tard pour certains. La vaccination, on l’a mise en place depuis le mois de janvier. C’est vrai que depuis 15 jours, on voit une recrudescence des personnes qui se présentent, et c’est très bien. J’invite tout le monde à continuer à venir, tous âges confondus. Nous avons développer des vaccinodromes, ce week-end nous avons vacciné 3300 personnes. Nous allons continuer dans les week-ends suivants. Je vous demande de venir. Il y a des centres de vaccination qui sont tout autour de l’île, qui sont dans certaines îles des archipels : présentez-vous si vous n’y êtes pas encore allés. C’est le seul moyen d’endiguer cette pandémie”.

Rédigé par

infos coronavirus