dimanche 28 février 2021
A VOIR

|

Covid-19 : l’étude de séroprévalence démarre lundi à Tahiti et Moorea

Publié le

Cette étude permettra d'estimer la proportion de la population adulte de Tahiti et Moorea ayant été infectée par la Covid-19 depuis le début de l’épidémie au fenua.

Publié le 05/02/2021 à 15:45 - Mise à jour le 05/02/2021 à 15:46
Lecture < 1 min.

Cette étude permettra d'estimer la proportion de la population adulte de Tahiti et Moorea ayant été infectée par la Covid-19 depuis le début de l’épidémie au fenua.

Plus de 18 000 cas cumulés ont été enregistrés depuis le 13 mars 2020 grâce aux déploiements de nombreux centres de prélèvements sur toute la Polynésie. Ces données confirmées et suivies de près par les épidémiologistes de la plateforme covid-19, sont néanmoins basées uniquement sur des résultats de prélèvements.

Lire aussi – Covid-19 : l’étude de séroprévalence va démarrer en février

Ainsi, à partir du lundi 8 février et cela sur une durée de 3 semaines, plusieurs équipes mandatées par le ministère de la Santé se rendront dans des foyers sélectionnés au hasard sur Tahiti et Moorea pour une étude de prévalence des anticorps de la maladie Covid-19.

L’objectif principal de cette étude est d’estimer la proportion de la population adulte (18 ans et plus) de Tahiti et Moorea ayant été infectée par le virus responsable de la Covid-19 depuis le début de l’épidémie en Polynésie française.

Cette étude consistera à conduire un court questionnaire à une personne tirée au sort dans les foyers sélectionnés et à lui prélever un petit échantillon de sang. La participation à cette étude sera sur la base du volontariat, aucune obligation à y participer.

Dans son communiqué, la présidence demande à la population « de faire bon accueil aux équipes d’investigateurs qui se rendront dans les foyers et apporterons toutes les informations nécessaires pour une bonne compréhension de cette étude. La connaissance de cette prévalence est importante pour les futures décisions en matière de santé publique. »

infos coronavirus