A VOIR

|

Communiqué

Covid-19 : les autorités sanitaires font le point sur la situation au fenua

Publié le

Une reprise épidémique est observée dans plusieurs grands pays d’Europe et d’Amérique. Les protocoles sanitaires à destination des touristes, sont maintenus – c’est le cas notamment lorsque de gros bateaux de croisière font escale – Et surtout, les rappels de vaccins sont recommandés. L’arrière de la Présidence va de nouveau accueillir un vaccinodrome le 5 novembre. Et le nouveau vaccin "Comiraty Bivalent", plus efficace contre le variant Omicron, arrive au fenua.

Publié le 13/10/2022 à 17:19 - Mise à jour le 13/10/2022 à 17:19
Lecture 2 minutes

Une reprise épidémique est observée dans plusieurs grands pays d’Europe et d’Amérique. Les protocoles sanitaires à destination des touristes, sont maintenus – c’est le cas notamment lorsque de gros bateaux de croisière font escale – Et surtout, les rappels de vaccins sont recommandés. L’arrière de la Présidence va de nouveau accueillir un vaccinodrome le 5 novembre. Et le nouveau vaccin "Comiraty Bivalent", plus efficace contre le variant Omicron, arrive au fenua.

Peu touchée par le Covid en ce moment, la Polynésie française reste en alerte, selon les autorités. Malgré une situation toujours très calme sur l’ensemble du territoire, le risque de reprise épidémique se renforce, en lien avec l’augmentation des cas chez les personnes en provenance des pays actuellement en recrudescence (Europe principalement).

Selon Henri-Pierre Malet, épidémiologiste à l’Agence de régulation de l’action sanitaire et sociale, les indications poussent à se protéger : “ça repart déjà en Europe et dans certains pays. Malheureusement, après le creux de la vague, on en revoit d’autres. On a eu la chance d’avoir moins de vagues ici que dans d’autres pays. Pour autant, du fait de la perte d’immunité vis-à-vis du virus, celui-ci reprend très régulièrement. Il y un risque réel de recrudescence en particulier à l’occasion des voyages. Des voyageurs vont ramenr un peu plus de cas, ça va faire comme un feu. Les dernières infections remontent un petit peu. Les dernières vaccinations s’éloignent aussi donc il faut faire des rappels pour les populations les plus fragiles tous les 6 mois”.

La directrice adjointe de la Santé a évoqué la vigilance que porte le bureau de veille sanitaire (BVS), sur les déclarations maritimes sanitaire (DMS) des navires arrivants en Polynésie française. En effet, tous les navires ont un protocole sanitaire propre à chacun.

Ce document, évalué systématiquement, permet d’avoir l’état sanitaire des navires (de plaisance ou fret), et d’avoir un contrôle des maladies éventuelles à bord (covid-19 ou autre). Les personnes (équipage ou passager) ayant contracté la covid et/ou étant dans un état contagieux restent à bord. La direction de la Santé a aussi souhaité attirer l’attention sur le respect des mesures dans les iles, les moyens n’étant pas les même hors Tahiti.

(Crédit Photo : Tahiti Nui Télévision)

À ce sujet, le ministre de la Santé, Jacques Raynal a précisé qu’il était conseillé aux prestataires de service touristique, de se coordonner avec le navire, car le protocole sanitaire à la descente du navire peut prendre plus de temps que prévu, et certaines prestations se retrouvent décalées.

Daniel Ponia, a, quant à lui, annoncé l’ouverture d’un vaccinodrome sous le chapiteau de la Présidence le samedi 5 novembre prochain, de 8h à 15h, en vue de relancer les campagnes de rappels vaccinaux contre la covid-19, avec notamment le nouveau vaccin Comirnaty Bivalent (plus adapté à contrer le variant Omicron – ce dernier étant le plus répandu actuellement). Il a aussi indiqué que la vaccination contre la grippe sera disponible sur place. Il a également rappelé où se situaient les centres de vaccination permanent encadré par la plateforme covid-19 et la direction de la Santé. 

A l’heure actuelle, aucune hospitalisation et aucun décès n’ont été enregistrés ces 5 derniers mois. Toutefois, il est fortement recommandé aux personnes vulnérables (plus de 60 ans, comorbidités, …) de venir recevoir dès maintenant un nouveau rappel vaccinal si la dernière injection date de plus de 6 mois (3 mois pour les plus de 80 ans et fortement immunodéprimés).