mardi 24 novembre 2020
A VOIR

|

Covid-19 : le masque à valve, pas si efficace…

Publié le

Le masque a valve se vend comme des petits pains dans certains magasins de la place. Pourtant, son port est déconseillé par les autorités sanitaires.

Publié le 04/11/2020 à 16:50 - Mise à jour le 05/11/2020 à 8:38
Lecture < 1 min.

Le masque a valve se vend comme des petits pains dans certains magasins de la place. Pourtant, son port est déconseillé par les autorités sanitaires.

Avec la flambée de l’épidémie de Covid-19, le port du masque est devenu une habitude pour l’ensemble de la population. Il s’en vend partout en Polynésie, et sous toutes les formes. Pourtant tous ne s’avèrent pas efficaces. C’est notamment le cas des masques à valve que nombre de Polynésiens ont adopté. Selon Irène Duhourcq, hygiéniste de la direction de la Santé, il permet uniquement de filtrer l’air inspiré, pas celui expiré. Une personne infectée qui l’utilise peut donc transmettre le virus : « Il permet d’élimner la buée, la chaleur enfermée à l’intérieur du masque et c’est plus confortable pour celui qui le porte. À la direction de la Santé, on le recommande pas parce qu’en fait ce masque, par le fait qu’il y ait une valve, ne filtre pas l’air que la personne qui porte le masque expire. De sorte que, l’air n’est pas arrêté derrière le masque. Et la personne qui va se trouver en face, risque d’être contaminée si toutefois le porteur du masque est contaminé lui-même. »

Du côté de la population, beaucoup semblent d’accord : un masque doit avant tout servir à se protéger du virus : « C’est pas mal mais je ne sais pas si ça protège. C’est juste pour attirer les clients, parce que c’est joli », « Normalement c’est ça le but du masque : protéger la population du virus. Et de ce que j’ai entendu, ceux avec les valves ne protègent pas vraiment », nous disent des Polynésiens interrogés dans la rue.

Il est recommandé de porter un masque chirurgical, voire en tissu à condition qu’il soit lavé très régulièrement.

infos coronavirus

Covid-19 : quand la crise profite aux coursiers

La crise de la Covid-19 ne fait pas que des malheureux. A contrario du secteur du tourisme ou de la restauration, l’activité de coursier tire son épingle du jeu. Avec le confinement et la propagation du virus, les sociétés de livraison sont plébiscitées par les Polynésiens, en particulier ceux des archipels en cette période des fêtes de fin d’année.