mardi 19 octobre 2021
A VOIR

|

Covid-19 : la Presqu’île a une préférence pour le vaccin Janssen

Publié le

Le vaccinodrome de la Presqu’île a ouvert ses portes ce samedi de 8 heures à 16 heures à la salle polyvalente de Taravao. Si certains hésitent encore à se faire vacciner contre la covid-19, plusieurs centaines de personnes ont sauté le pas ce samedi, avec une préférence pour le vaccin Janssen, à dose unique.

Publié le 05/06/2021 à 17:51 - Mise à jour le 05/06/2021 à 17:51
Lecture < 1 min.

Le vaccinodrome de la Presqu’île a ouvert ses portes ce samedi de 8 heures à 16 heures à la salle polyvalente de Taravao. Si certains hésitent encore à se faire vacciner contre la covid-19, plusieurs centaines de personnes ont sauté le pas ce samedi, avec une préférence pour le vaccin Janssen, à dose unique.

Il est vrai que nous sommes loin des chiffres nationaux, mais on dénombre tout de même 4 500 habitants de la Presqu’île vaccinés depuis le début de la campagne.

“À ce stade de la campagne de vaccination, il ne faut pas comparer d’un site à l’autre, indique Manutea Gay, le responsable de la plate-forme Covid. Ce matin nous avons démarré avec l’affluence des districts, il y avait du monde. On a ouvert la structure avec l’équipe au complet. Et, assez surprenant ce matin, nous avons vu un engouement particulier pour le Janssen qui, au dire de certains, est décrié. Eh bien pas ici. Nous avons reçu 150 personnes qui ont fait le choix du Janssen. Alors la raison c’était : une seule dose, comme ça c’est fait. Quant au Pfizer, nous avons pas loin d’une centaine en fin de matinée. Donc c’est plutôt positif.”

Delphine, une habitante de Taravao, a attendu avant de se décider à se faire vacciner. “J’ai essayé de voir d’abord les autres le faire avant moi, sourit-elle. Après quand j’ai su qu’il y avait un vaccin comme Janssen, tu te piques qu’une seule fois, j’ai voulu profiter. J’ai attendu ce moment-là pour venir aujourd’hui. Je me suis préparée, j’ai parlé avec mon mari et mes enfants. Je le fais au cas où je prends l’avion pour partir en France, comme ça je serai déjà vaccinée. Pour le moment je profite parce que c’est gratuit. Peut-être qu’un jour ça va être payant. Et les enfants attendent aussi pour voir l’effet sur moi.”

Malgré les critiques du vaccin sur les réseaux sociaux, les centres de vaccination éphémères connaissent un certain succès. Dans les semaines à venir, ils se déplaceront dans les quartiers populaires.

Rédigé par

infos coronavirus