jeudi 23 septembre 2021
A VOIR

|

Covid-19 : Edouard Fritch appelle au jeûne et au recueillement le 5 septembre

Publié le

Dans une déclaration en présence des représentants des confessions religieuses, le président de la Polynésie Edouard Fritch a appelé la population au recueillement le 5 septembre prochain. Voici son discours :

Publié le 28/08/2021 à 15:21 - Mise à jour le 31/08/2021 à 9:37
Lecture 3 minutes

Dans une déclaration en présence des représentants des confessions religieuses, le président de la Polynésie Edouard Fritch a appelé la population au recueillement le 5 septembre prochain. Voici son discours :

“Mes chers compatriotes,

Depuis le mois de février 2020, nous nous battons ensemble chaque jour contre la propagation du coronavirus et comme vous pouvez le voir, cette terrible pandémie n’a cessé de déstabiliser l’ensemble de la planète et de provoquer la mort de plus de 4,5 millions personnes.

Malgré le génie de l’homme, malgré toutes les connaissances accumulées depuis des siècles, toutes les technologies dont nous disposons, nous n’arrivons pas encore à terrasser ce minuscule virus.

À ce jour, et depuis 18 mois, ce virus est plus fort et plus malin que l’humanité toute entière.

Il est partout, il est invisible et il tue.

Oui, il faut reconnaître, qu’en ce moment, les moyens dont nous disposons sont encore insuffisants pour arrêter cette malédiction, ce fléau devrais-je dire.

Mais, au-delà de ces limites et en dépit de nos découragements légitimes, nous n’avons pas le droit de baisser les bras.

Bien au contraire, nous devons persévérer, nous devons nous battre, nous devons protéger les femmes et les hommes qui vivent sur cette terre.

Mais comment, comment nous battre pour garder l’espérance d’un lendemain meilleur alors que nous épuisons au fil des mois les moyens mis à notre disposition ?

Comment aider nos frères et nos sœurs de la communauté médicale qui se battent, jour après jour, pour sauver nos malades, au risque de leur propre vie ?

Comment soutenir toutes celles et tous ceux qui s’impliquent avec abnégation depuis des mois dans ce combat ?

Comment accompagner surtout ces trop nombreuses familles qui souffrent de la disparition d’un des leurs et qui n’ont pas pu faire leur deuil dans de bonnes conditions ?

Dans ce combat de persévérance et d’espérance, cherchons la force et l’énergie nécessaires au fond de nous-mêmes, en faisant appel à notre propre conscience

Alors vers qui se tourner ?

Nous pouvons aussi demander humblement et avec instance, secours, faveur et grâce, à notre Créateur.

Face à la menace, nous serons certainement plus forts dans l’unité et dans l’union de notre peuple avec le soutien de notre Père Céleste.

Aussi, mes chers amis, avec le soutien du gouvernement et celui des responsables des confessions religieuses ici présents, je vous propose, je propose à tous les Polynésiens et toutes les Polynésiennes des Marquises, des Tuamotu Gambier, des Australes, des Iles sous le vent, de Tahiti et Moorea, de s’unir en prières et en intentions de paix et de guérison, le dimanche 5 septembre prochain à l’occasion de la Journée Internationale de la Charité.

Chacun possède en lui une graine de foi, une graine d’espérance. Par un tel geste et par notre chaîne d’union et de solidarité, c’est cette graine que nous voulons réveiller et faire fleurir.

Conformément à nos pratiques lors de ces recueillements, ce moment d’union et de silence s’accompagnera également d’un jeûne.

Chaque foyer organisera, à sa façon et là où il se trouve, cet instant de recueillement.

Profitons de ce moment de recul et d’introspection pour faire notre examen de conscience.

Faisons renaître nos forces de résilience, à l’image nos tupuna à la veille de leur longue et périlleuse migration, et lors des crises passées qu’ils ont vécues et qu’ils ont vaincues.

Nous allumerons 500 bougies en souvenir de nos personnes défuntes de la covid. Par ce geste, la Polynésie entière accompagnera ces familles qui ont dernièrement enterré leurs proches sans leur rendre un dernier hommage.

De même, par la lumière de ces bougies nous trouverons le chemin du salut et de l’espoir pour une vie meilleure.

J’invite tous mes collègues maires à se joindre à ce moment de recueillement et je leur laisse la liberté d’organiser cette cérémonie qui rassemblera toute la Polynésie, tous ensemble.

Mes chers amis, ensemble, nous vaincrons le virus.

Faisons confiance à l’homme faisons confiance à la science faisons confiance au vaccin qui est le seul moyen de nous protéger et de réduire les effets mortels de cette pandémie.

Ayons confiance en nos forces de résilience héritées de nos anciens, de nos tupuna.

Ayons confiance en l’amour et à la miséricorde de notre Seigneur pour chacun et chacune d’entre nous.

Je vous remercie et que DIEU bénisse la Polynésie.”

Rédigé par

infos coronavirus