jeudi 28 mai 2020
A VOIR

|

Covid-19 : Dominique Sorain et Edouard Fritch rencontrent les confessions religieuses

Publié le

Le président du Pays et le Haut-commissaire de la République en Polynésie française ont fait le point avec les représentants des confessions religieuses.

Publié le 17/03/2020 à 12:20 - Mise à jour le 18/03/2020 à 14:54
Lecture 3 minutes

Le président du Pays et le Haut-commissaire de la République en Polynésie française ont fait le point avec les représentants des confessions religieuses.

Comme il s’y était engagé dans son allocution d’hier avec le Président Edouard Fritch, au sujet des mesures pour lutter contre la propagation du coronavirus sur le fenua, Dominique Sorain, Haut-Commissaire de la République, a rencontré mardi matin les représentants des confessions religieuses et des cultes.

Les confessions religieuses constituent des partenaires incontournables qu’il est primordial d’associer dans la gestion de cette crise sanitaire, indique le Haut-commissariat dans un communiqué.

(Crédit photo : Haut-commissariat de la République en Polynésie française)

À l’occasion de cette réunion de travail organisée aujourd’hui, chaque représentant des confessions religieuses a présenté les mesures préventives déjà mises en œuvre par certaines d’entre elles ; cela se traduit notamment par la fermeture de lieux de culte.

Conscients de l’importance des comportements citoyens et collectifs de chacun, l’ensemble des responsables de cultes sont parvenus à un consensus et à une position générale pour freiner la propagation du virus. Chaque confession religieuse déclinera prochainement des mesures exceptionnelles pour faire face à cette situation exceptionnelle.

Les représentants des confessions religieuses continueront à relayer les consignes des autorités de l’État et du Pays, ainsi que les mesures de protection essentielles.

Et mercredi matin, c’était au tour du président Edouard Fritch et du gouvernement de recevoir à la Présidence, les principaux responsables des confessions religieuses en Polynésie, avec donc des représentants de l’Eglise protestante Maohi, du diocèse catholique de Papeete, de l’Eglise de Jésus Christ des Saints des derniers jours, de l’Eglise adventiste, de la Communauté du Christ et de l’Assemblée de Dieu.

Pour lutter contre la propagation du covid-19, le gouvernement sollicite l’aide des autorités religieuses pour mettre en œuvre et amplifier les directives données par le gouvernement pour la protection de la population et la prévention sanitaire. Le gouvernement a également proposé à chacune des confessions un créneau en télévision pour diffuser une messe ou un culte.

Le Vice-président de la Polynésie française Teva Rohfritsch a émis le vœu que cette crise sanitaire n’ait aucune conséquence sur nos liens sociaux et sur notre cohésion. Pour Monseigneur Cottanceau, cette crise va nous inciter à retrouver et à renforcer nos liens familiaux. Les églises ont toutes exprimé leur volonté de respecter les consignes sanitaires.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV