mardi 26 mai 2020
A VOIR

|

Covid-19 : plus de vente d’alcool jusqu’au 5 avril en Polynésie

Publié le

L'arrêté de la vente d’alcool pour mettre fin aux rassemblements festifs en cette période où chacun est tenu de rester chez soi, vient d'être publié au Journal officiel de la Polynésie française. Il prendra fin le 5 avril 2020.

Publié le 23/03/2020 à 18:02 - Mise à jour le 02/04/2020 à 14:04
Lecture 2 minutes

L'arrêté de la vente d’alcool pour mettre fin aux rassemblements festifs en cette période où chacun est tenu de rester chez soi, vient d'être publié au Journal officiel de la Polynésie française. Il prendra fin le 5 avril 2020.

Edouard Fritch en parlait hier, c’est désormais acté. « La vente à emporter de boissons alcooliques et d’alimentation est interdite sur l’ensemble du territoire de la Polynésie française jusqu’au 5 avril 2020 » peut-on lire ce soir dans le Journal officiel de la Polynésie française.

Et contrairement au gaz, pour l’alcool, il n’y pas eu de grosse ruée vers les magasins aujourd’hui suite à cette annonce faite plus tôt par le président du Pays, avant qu’elle ne soit publiée dans le Journal officiel.

La population semble accepter de s’en passer quelque temps. En effet, c’était plutôt calme ce lundi dans les petits commerces de la zone urbaine, pas de mouvement de foule dans les commerces. L’annonce semble bien comprise et acceptée par la population. « On va suivre les règles comme tout le monde. Je trouve que c’est une bonne mesure, sinon cela va créer des rassemblements… » nous dit un client. « Je ne bois pas d’alcool, je n’en fais pas de réserve. Je bois des jus de fruits chez moi où je suis confiné » nous dit encore un autre client.

« Ce n’est pas une priorité pour moi ! Cela peut peut-être éviter des débordements » ajoute une cliente. « Cela ne peut pas faire de mal de faire une petite cure parfois (…) C’est une excellente mesure » déclare un autre.

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Mais la hausse des ventes depuis l’annonce se confirme cependant dans certains commerces. « Pour l’instant, les gens sont venus se ravitailler au niveau de l’alcool au cas où ça fermerait. (…) Il y avait plus de clients que d’habitude » explique Vehia, vendeur dans un magasin.

Les hôtels et restaurants peuvent toujours servir de l’alcool

Pour rappel, seule est concernée la vente à emporter. Suite à de nombreuses réactions sur Facebook, Teva Rohfritsch a tenu à apporter quelques précisions : « Il s’agit bien d’une interdiction de vente d’alcool à emporter quelque soit le commerce (grande surface, petit commerce, commerce spécialisé), pas de dérogation. Les hôtels et restaurants encore ouverts peuvent servir de l’alcool à table avec un repas en respectant les consignes de distance mais pas de vente à emporter. Cet arrêté n’interdit pas la vente d’alimentation à emporter ou à livrer ».

Bonsoir à tous. Je reçois énormément de messages pour la mesure concernant l’interdiction de vente d’alcool. Il s’agit…

Posted by Teva Rohfritsch on Monday, March 23, 2020

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV