mardi 11 août 2020
A VOIR

|

Coups mortels au menu de la Cour d’Assises

Publié le

Publié le 24/11/2018 à 14:10 - Mise à jour le 24/11/2018 à 14:10
Lecture 2 minutes

Cinq mois après avoir écopé de peines comprises entre 15 et 20 ans de prison, les agresseurs de Papy Fat comparaîtront de nouveau devant la cour d’assises.

Deux des quatre jeunes hommes étaient mineurs au moment des faits. Ils ont fait appel de la condamnation. Ils sont tous accusés d’avoir violenté l’octogénaire le 21 juillet 2008 avant de le laisser pour mort dans la vallée de la Fautaua, près de l’AS Dragon. En première instance, les accusés ont reconnu des violences pour soutirer l’argent du vieil homme et le faire partir de leur territoire mais ils ont nié l’avoir tué. Ils ont assuré l’avoir découvert sans vie le lendemain.

L’autopsie de sa dépouille, retrouvée cinq ans après les faits, n’avait pas permis d’établir avec certitude les causes du décès. Deux hypothèses apparaissaient : l’hémorragie interne consécutive à des coups. Ou un stress intense en raison du grand âge de la victime. Des questions qui seront de nouveaux soulevées en appel.

Avant l’affaire Papy Fat, un autre dossier de coups mortels sera étudié, jeudi. Un homme de 31 ans comparaitra devant les jurés pour avoir tué son frère au cours d’une bagarre.

La rixe avait éclaté le 4 juin 2016 à Paea au cours d’une soirée où les deux hommes étaient ivres.   La victime était morte le lendemain à l’hôpital des suites d’un traumatisme crânien. Son frère, libre sous contrôle judiciaire, encourt aujourd’hui 15 ans de prison. La défense pourrait plaider la légitime défense.

Et comme pour chaque session, la cour d’assises aura aussi à juger son lot d’affaires de viols sur mineurs : deux dossiers de ce type sont inscrits au rôle de la session
 

Jean-Baptiste Calvas

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV