vendredi 10 juillet 2020
A VOIR

|

Coronavirus : le Pays met en garde ceux qui diffusent de fausses informations

Publié le

L'inquiétude tourne à la psychose. Les rumeurs de cas en Polynésie ne cessent de circuler sur la Toile. Ce lundi matin, le gouvernement a donné une conférence de presse pour faire le point, et mettre en garde.

Publié le 10/02/2020 à 11:10 - Mise à jour le 12/02/2020 à 13:31
Lecture 3 minutes

L'inquiétude tourne à la psychose. Les rumeurs de cas en Polynésie ne cessent de circuler sur la Toile. Ce lundi matin, le gouvernement a donné une conférence de presse pour faire le point, et mettre en garde.

Pas de cas confirmé de coronavirus en Polynésie. Le gouvernement l’a confirmé ce lundi par la voix du ministre de la Santé Jacques Raynal : « Je répète et je dis qu’il n’y a aujourd’hui pas de cas de coronavirus en Polynésie française. Il faut que ce soit bien clair pour tout le monde et que toute information diffusée sur quelque média que ce soit qui viendrait contredire cette information que je viens de donnée et que serait donnée par un service hors de la santé, ne serait pas validée. »

« On peut se poser la question de savoir s’il n’y a pas une volonté de nuire ou de faire peur à la population « 

Jacques Raynal, ministre de la Santé

Et le Pays met en garde les personnes qui diffusent de fausses informations. Le gouvernement pourrait être amené à porter plainte. « J’ai été particulièrement interloqué par une information diffusée en fin de semaine dernière. Soi-disant une personne était hospitalisée dans une clinique de la place avec le coronavirus. D’abord, le seul fait qu’elle soit dans une clinique de la place n’était pas tout à fait conforme à nos recommandations puisque c’est l’hôpital qui est mis en alerte et qui possède les moyens de mettre à l’isolement (…) D’après mes informations, cette information sur laquelle on m’a interrogé plusieurs fois a été diffusée par quelqu’un qui travaille dans la santé (…) On peut se poser la question de savoir s’il n’y a pas une volonté de nuire ou de faire peur à la population. (…) J’étudie une possibilité de porter plainte. »

Diffusion de fausses nouvelles : 5,4 millions de Fcfp d’amence

« La diffusion de fausses nouvelles, est un délit puni de 45 000 euros (environ 5,4 millions de Fcfp) d’amende, à condition qu’il y ait un trouble de l’ordre public. (…) : quand cela amène les gens à se révolter, à manifester… Si cette fausse nouvelle amène des scènes de violences ou des situations dans lesquelles les gens portent atteinte aux biens ou aux personnes, c’est un trouble de l’ordre public. (…) La diffusion de fausses nouvelles ou de nouvelles vraies mais détournées de leur contexte, peut constituer un délit et expose les gens qui s’y livrent à une sanction. Pas seulement ceux qui rédigent, mais aussi ceux qui publient, comme les plateformes. Concernant les réseaux sociaux, il y a aussi un risque pour ceux qui signent le post et le mettent à disposition du public. (…) Ceux qui partagent les fausses informations, de mauvaise foi, alors qu’ils savent que ce sont des mauvaises informations, ils constituent alors un nouveau délit, puisque le fait de partager c’est de publier à nouveau donc de rendre publique une information, même si c’est un groupe fermé. Cela peut aussi être considéré comme une complicité de délit de diffusion de fausse nouvelle » explique l’avocat Philippe Neuffer. Il précise également qu’il faut bien nuancer la diffusion de fausses nouvelles (« fake news ») de la diffamation qui cite nommément une personne.

Lire aussi : Coronavirus : situation, définitions, contrôles au frontières, le point

Le ministre de la Santé rappelle que les services de santé sont les premiers au courant et en capacité de diffuser les informations sur d’éventuels cas. « Je souhaitais rencontrer la presse aujourd’hui pour que les choses soient bien claires : les seuls intéressés pour diffuser les informations sur cette épidémie de coronavirus qui inquiète la population, c’est quand même les services de santé du Pays. Pourquoi ? Parce que nous sommes en état de vigilance extrême, en alerte sanitaire, nous avons même déclenché le plan blanc pour les structures d’accueil hospitalières qu’elles soient privées ou public. C’est-à-dire que les personnes qui sont dans les hôpitaux, les cliniques, sont sensibilisées à une éventuelle infection. »

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Le groupe Air France va supprimer 7 580 postes d’ici...

La direction du groupe Air France a annoncé vendredi vouloir supprimer 7 580 postes dans la compagnie Air France et la filiale régionale Hop! d'ici fin 2022 pour "faire face à la crise du Covid-19 qui frappe durement le groupe".

Taputapuatea : le projet d’une ferme pilote bio d’un...

Sur les 25 dossiers polynésiens soumis au projet "PROTEGE", 7 ont été retenus. Parmi eux, la ferme pilote bio de Mathieu Boucher, située à Raiatea. Son objectif est d’améliorer les connaissances techniques en matière d’agriculture biologique pour créer un modèle de ferme exploitable individuellement.

Samuel Zijp, aito d’ultra-trail, veut relier plusieurs sommets de...

Samuel Zijp, athlète d’ultra-trail, s’est lancé le défi de relier plusieurs sommets de Tahiti à pied en moins de 28 heures ce week end. Pour cet "Air Tahiti Nui Summits Challenge", il sera accompagné de deux amis, mais il espère que plusieurs personnes les rejoindront pendant la course pour partager la passion du sport avec eux.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV