samedi 5 décembre 2020
A VOIR

|

Contrôles routiers renforcés à la Saint-Sylvestre, pas de morts sur les routes

Publié le

Publié le 31/12/2018 à 15:56 - Mise à jour le 31/12/2018 à 15:56
Lecture 2 minutes

Un dispositif important a été mis en place dès la fin de l’après-midi lundi. Sur le Front de mer, une dizaine de policiers de la DSP filtraient les voitures. Et même si les festivités n’avaient pas à proprement commencé, certains conducteurs étaient déjà contrôlés positifs.
 
« Là, nous un taux à 0,91, avec bien évidemment une rétention du permis de conduire, indique le capitaine Dauphin, chef des unités territoriales de la DSP. C’est un contrôle routier d’alcoolémie à double sens, c’est-à-dire qu’il y aura une partie répressive et une partie préventive. »
 
En dehors de la zone urbaine de Papeete et Pirae, pas moins de 170 gendarmes ont été mobilisés toute la nuit. Eux aussi ont misé sur la prévention en ce début de réveillon.
 
« On fait beaucoup de prévention, même si malheureusement, sur les 7 voitures contrôlées en un quart d’heure, on a déjà 4 qui sont positives, confie le lieutenant-colonel Frédéric Brachet, commandant de la compagnie de gendarmerie des îles du Vent. Aux gens qui n’ont pas bu, on leur a distribué un éthylotest chimique, pour leur permettre de faire attention pendant la soirée. Tout le monde a le droit de faire la fête, mais on ne reprend pas la voiture en ayant bu, pour ne pas se mettre en danger ou mettre en danger ses passagers. »
 
Les chiens de la brigade cynophile étaient également de service pour dénicher d’éventuels stupéfiants. Les militaires ont remarqué une recrudescence de détention de paka et d’ice chez les usagers de la route.   
 
Mais la bonne nouvelle reste le fait qu’aucun mort n’était à déplorer sur les routes en ce premier jour de l’année.
 
 

Rédaction web avec Matahi Tutavae et Jeanne Tinorua-Tehuritaua

infos coronavirus

Covid-19 : le service de réanimation du CHPF soutenu par la réserve sanitaire

Depuis le début de la crise, des réservistes sanitaires de métropole effectuent des missions pour renforcer et soulager les équipes de soignants. 12 d’entre eux, spécialisés en réanimation sont arrivés sur le territoire jeudi dernier. Ils travaillent 24 heures sur 24 heure aux côtés des équipes du CHPF. Une mission sur la base du volontariat.