dimanche 24 mai 2020
A VOIR

|

Confinement : la pêche lagonaire autorisée, mais dans quels cas ?

Publié le

A Raiatea, les familles sont dans le doute : si la pêche professionnelle est autorisée, il semblerait que la population ait été oubliée. Beaucoup s’interrogent de savoir qui est en droit d’aller pêcher ou pas. La fiche dérogatoire ne mentionnant pas cette possibilité....

Publié le 07/04/2020 à 17:32 - Mise à jour le 08/04/2020 à 9:06
Lecture 2 minutes

A Raiatea, les familles sont dans le doute : si la pêche professionnelle est autorisée, il semblerait que la population ait été oubliée. Beaucoup s’interrogent de savoir qui est en droit d’aller pêcher ou pas. La fiche dérogatoire ne mentionnant pas cette possibilité....

« On est restés une semaine et demi à la maison et là aujourd’hui, avec cette nouvelle décision, on est très contents, on va reprendre la mer pour la pêche au large », se réjouit Tiperio Teahui, pêcheur de Tahaa.
Si la pêche professionnelle reprend son cours, il n’en est pas de même pour la pêche lagonaire, et les particuliers grincent des dents… Personne ne sait vraiment qui a le droit ou pas d’aller pêcher.

Ivanui et Clément sont salariés, mais avec le confinement, leur fils perd son emploi et le couple se retrouve avec 8 bouches à nourrir… « Après deux semaines de confinement, on s’apprête à aller pêcher. Vu qu’il n’y a presque plus de poulet à la maison, ce sera du poisson. Et puis je n’ai pas trop envie d’être malade aussi donc je préfère aller à la pêche plutôt que de me déplacer en ville », confie Ivanui Oldham, habitante de Tehurui

Et dans les districts beaucoup sont dans cette situation… A Tumaraa, les agents de la police municipale laissent prévaloir le bon sens… Mais l’activité doit rester dans l’absolue nécessité : « la police municipale, sur le terrain, mais en oeuvre tous les jours cet esprit de bon sens, de discernement, pour vérifier qui pêche pour subvenir à ses besoins, et qui pêche au titre du loisir, ce qui est formellement interdit », explique Olivier Marzat, chef de la police municipale de Tumaraa.

Sans touristes et une ville quasi déserte, Giovani Teahui, chauffeur taxi à Uturoa, n’a d’autre solution que de se tourner lui aussi vers la pêche : « Avec le confinement et surtout l’arrêt des avions internationaux, pas de rentrée d’argent… »

Régulièrement, les policiers municipaux sont face à cette réalité… La plupart du temps, les questions portent sur la fiche de déplacement dérogatoire, qui ne fait pas mention de cette possibilité : « évidemment, cette dérogation n’est pas du tout adaptée aux îles. Le pêcheur qui doit pêcher pour subvenir à ses besoins, va pêcher la cas numéro 2. C’est-à-dire qu’il va aller dans le lagon chercher de quoi se nourrir, de la même manière qu’un salarié va aller au magasin chercher son poisson », explique Olivier Marzat.

Dans le doute, il est demandé aux administrés d’appeler les agents de la police municipale pour se renseigner, pour éviter que la situation ne s’aggrave…

La gendarmerie de Uturoa, informe toutefois que toute fausse déclaration est passible d’une amende pouvant être de classe 4.

REPORTAGERony Mou Fat

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV