samedi 27 novembre 2021
A VOIR

|

Concession Tahiti-Faa’a : L’État se pourvoit en cassation

Publié le

L'offre d'Egis-CDC restant "la meilleure à ce stade", l'Etat a finalement décidé de se pourvoir en cassation au conseil d'Etat. Déposé en fin de semaine dernière, le pourvoi maintient donc Egis-CDC dans la course face aux deux autres candidats.

Publié le 15/11/2021 à 20:10 - Mise à jour le 16/11/2021 à 16:58
Lecture < 1 min.

L'offre d'Egis-CDC restant "la meilleure à ce stade", l'Etat a finalement décidé de se pourvoir en cassation au conseil d'Etat. Déposé en fin de semaine dernière, le pourvoi maintient donc Egis-CDC dans la course face aux deux autres candidats.

L’Etat n’a pas dit son dernier mot dans l’affaire de la concession aéroportuaire de Tahiti-Faa’a. Après l’annulation le 28 octobre par le tribunal administratif de Papeete de la décision d’attribution de la concession de l’aérodrome au groupement Egis-CDC (Caisse des dépôts et consignation), l’Etat a finalement décidé de se pourvoir en cassation au conseil d’Etat.

Déposé en fin de semaine dernière, le pourvoi maintient donc Egis-CDC dans la course face aux deux autres candidats : le groupement mené par la Chambre de commerce, d’industrie, des services et des métiers (CCISM) de l’entreprise Boyer, des sociétés Meridiam et Aéroport Marseille Provence d’une part, et Vinci d’autre part. Si l’Etat avait aussi l’option de procéder à nouvel examen des candidats malheureux, du côté du haussariat, on indique seulement “qu’à ce stade, l’Etat considère que l’offre d’Egis-CDC reste la meilleure”.

Lancé en 2019 par la DGAC, la procédure d’attribution de la concession de l’aéroport de Tahiti-Faa’a durée de 40 ans, avait débouché en septembre dernier sur le choix d’Egis-CDC. Le contrat portait sur l’exploitation, l’entretien et le développement de la plateforme, ainsi que sur la réalisation de travaux initiaux, notamment le réaménagement de l’aérogare et des parkings voiture, la création d’une nouvelle voie de circulation pour les avions, reliant la zone militaire à la piste, et le doublement du canal de drainage. L’offre d’Egis-CDC comprenait notamment un investissement de près de 14 milliards de Fcfp.

infos coronavirus