mardi 18 mai 2021
A VOIR

|

Comment reconnaître les produits bio en Polynésie ?

Publié le

Publié le 24/04/2018 à 14:38 - Mise à jour le 15/06/2019 à 2:53
Lecture 3 minutes

Les produits alimentaires issus de l’agriculture biologique sont contrôlés selon une norme. Il en existe plusieurs telles que celle des Etats-Unis (USDA Organic), du Japon (JAS), du Canada (Canada Organic  biologique), de la Nouvelle-Zélande (Certified organic Standard – Biogro), d’Australie (Australian certified Organic), de l’Union européenne (AB – agriculture biologique) et de l’Océanie (Bio Pacifika). Aujourd’hui, l’agriculture biologique représente en Polynésie, 1558 hectares, dont 116 hectares en cultures maraîchères, vivrières et fruitières et 1442 hectares en cocoteraie.
 
Il existe deux organismes de contrôle agréés, en Polynésie, afin de garantir ou certifier un produit « biologique » :
 

  • le Système Participatif de Garantie (SPG) Bio Fetia, une association regroupant consommateurs et producteurs afin de « garantir » le produit.
  • l’organisme certificateur Bio Agri Cert qui permet de « certifier » le produit.

 
Chaque année, l’opérateur (agriculteur ou transformateur) doit se soumettre, par l’un des organismes qu’il aura choisi, au contrôle de son produit afin de renouveler sa garantie ou sa certification.
 
Le choix entre ces deux organismes dépend du marché visé par l’opérateur (agriculteur ou transformateur). Dans le cas d’une exportation des produits agricoles vers un pays de l’union européenne, il choisira l’organisme de contrôle agréé pour délivrer un certificat de conformité à la norme européenne.
 
Pour le marché de la Polynésie française, il pourra s’orienter vers les deux organismes de contrôle qui sont tous deux agréés pour délivrer une garantie ou certificat de conformité : la Norme Océanienne d’Agriculture Biologique (NOAB). Elle est la norme de référence pour l’agriculture biologique en Polynésie française.
 

Le terme « bio » est encadré par une réglementation locale (Loi du Pays du 10 janvier 2011). Elle s’applique aux produits alimentaires agricoles, de l’élevage, de l’aquaculture, transformés ou non, originaires de Polynésie française ou importés en Polynésie. Une réglementation économique est aussi prévue pour la certification biologique de produit non alimentaires (Loi du Pays de 2008).
 
La NOAB a été choisi par le Pays, car c’est une norme du Pacifique adaptée aux économies insulaires et géré par la Communauté du Pacifique (département des ressources terrestres), au travers d’un organisme dénommé POET Com. Cette norme est uniquement reconnue par les Pays de l’Océanie, l’objectif, à terme, serait qu’un produit issu de l’agriculture biologique du Fenua soit reconnu « bio » dans l’ensemble des pays de l’Océanie.

Les consommateurs reconnaîtront les produits certifiés ou garantis « bio » grâce au logo « Bio Pasifika », à l’identité de l’un des deux organismes de contrôle sur l’étiquetage et au numéro de certification ou de garantie de l’opérateur mentionnés sur l’étiquette. Un rappel a, d’ailleurs, été fait aux agriculteurs garantis ou certifiés biologiques, afin qu’ils fassent en sorte de systématiquement étiqueter leurs produits du logo Bio Pasifika.
 
Une page internet dédiée à l’agriculture biologique en Polynésie est d’ores et déjà consultable sur le site de la DAG. Une liste des opérateurs « bio », toutes normes confondus, y est téléchargeable.
 
Le SPG Bio Fetia a aussi ouvert son site internet : biofetia.pf. Un site qui permettra aux  consommateurs de bénéficier de l’ensemble des informations sur l’agriculture biologique sur le Fenua, avec, notamment, le récapitulatif des partenaires, des producteurs et des distributeurs associés à cette démarche.

Avec communiqué de presse

infos coronavirus

Vaccin, nucléaire, social : l’interview en Polynésie de Sébastien Lecornu, ministre des Outre-mer

La visite du ministre des Outre-mer en Polynésie s'est achevée vendredi après un passage dans l'archipel des Marquises. Sébastien Lecornu était l'invité de notre journal avant de repartir en métropole :

Une pétition pour pouvoir voyager en métropole

Les déclarations du ministre des Outre-mer ont douché les espoirs de centaines d’habitants qui espéraient enfin pouvoir fouler le sol de métropole...