Classes surchargées à Hao : les autorités « examinent le sujet avec l’inspectrice »

Publié le

Des parents d’élèves de l’école Te tahua o Fariki s’insurgent contre les conditions d’instruction à la maternelle. 63 enfants, de la petite section à la grande sont répartis sur deux classes à plusieurs niveaux… Parmi eux, des élèves à besoins particuliers. Les parents réclament l’ouverture d’une classe supplémentaire. Pas possible selon le président du Pays qui souligne que le sujet est en cours d'examen par les autorités.

Publié le 16/09/2023 à 12:48 - Mise à jour le 16/09/2023 à 12:49

Des parents d’élèves de l’école Te tahua o Fariki s’insurgent contre les conditions d’instruction à la maternelle. 63 enfants, de la petite section à la grande sont répartis sur deux classes à plusieurs niveaux… Parmi eux, des élèves à besoins particuliers. Les parents réclament l’ouverture d’une classe supplémentaire. Pas possible selon le président du Pays qui souligne que le sujet est en cours d'examen par les autorités.

Ils ont marché vendredi autour de la mairie pour dénoncer des classes surchargées. Les parents des élèves inscrits en classe de maternelle à Te tahua o Fariki ont aussi adressé des courriers aux autorités sans résultat. « Nous avons demandé l’ouverture d’une troisième classe. (…) Pourquoi c’est important ? Parce que dans la première classe, nous avons 32 élèves. Sur ces 32 élèves, deux sont porteurs de handicap. Dans la deuxième classe, nous avons 31 élèves pour un effectif de 63 élèves pour deux classes. On demande la réussite de nos enfants, mais dans quelles conditions ? Nous interpellons les services compétents et l’inspectrice et leur demandons de revoir la décision qui a été prise. »

Les parents d’élèves espèrent qu’à la rentrée une troisième classe pourra s’ouvrir. Ils indiquent qu’ils comptent bien maintenir la pression.

Invité en plateau du journal de TNTV, le président du Pays Moetai Brotherson a demandé aux parents de Hao « de ne pas pénaliser leurs enfants dans l’attente d’une solution ». « Le problème, c’est que le quota fixé par le vice-rectorat est de 25 élèves pour l’ouverture d’une classe », a-t-il précisé. « Vous voyez bien que 63 divisé par 3 ça ne fait pas 25. C’est vrai qu’il y a ces élèves en situation particulière dans le lot. Nous sommes en train d’examiner le sujet avec l’inspectrice et avec le vice-rectorat. J’espère qu’on aura une solution très prochainement. »

– PUBLICITE –

Dernières news