mardi 2 mars 2021
A VOIR

|

Ciguatera : le site Internet officiellement lancé

Publié le

Publié le 18/02/2015 à 14:51 - Mise à jour le 18/02/2015 à 14:51
Lecture 2 minutes

L’Institut Louis Malardé (ILM) a mis en ligne en décembre dernier, un site internet  spécifiquement dédié à la ciguatera (lire notre article précédant ICI). Développé par l’équipe du laboratoire de recherche sur les microalgues toxiques (LMT) en collaboration avec le bureau d’étude Pae Tai Pae Uta et la société Fenua Geeks, il vient d’être officiellement lancé. La réalisation du site a été financée au titre du contrat de projets État/Pays.

On retrouve sur le site :
> de la documentation sur la ciguatera (origine, symptômes, traitements, etc.), avec de nombreux supports à télécharger,
> des actualités sur les avancées de la recherche,
> des liens vers d’autres sites,
> un forum permettant aux internautes de partager leur expérience et de poser des questions à l’équipe de ciguatera-online, composée de chercheurs et d’un médecin conseil du Centre hospitalier de la Polynésie française.

Le caractère le plus innovant de ce site réside dans la mise à disposition d’un outil participatif de surveillance et de prévention de la ciguatera. En effet, les internautes (professionnels de la santé, de la pêche ou particuliers) peuvent y déclarer un cas d’intoxication, de façon anonyme, grâce à un formulaire en ligne.

Les données collectées sont reportées sur une cartographie dynamique de géolocalisation des zones et poissons toxiques.
Des informations qui permettront entre autres, d’améliorer la surveillance épidémiologique de la ciguatera mais aussi de  compléter les connaissances nécessaires à la compréhension des mécanismes biologiques en jeu, et de suivre en temps réel l’évolution des cas de ciguatera dans les îles de Polynésie française et d’anticiper sur l’émergence de crises toxiques.

L’extension du site à la zone Pacifique, puis à l’échelle mondiale, dans le cadre d’un réseau de surveillance global de la ciguatera, est à l’étude.
 

infos coronavirus