dimanche 29 novembre 2020
A VOIR

|

Christian Vernaudon demande l’activité partielle pour les salariés de Polynésie

Publié le

Les salariés Polynésiens sont-ils les seuls du territoire national, à ne pas bénéficier du mécanisme d’activité partielle ? C’est ce qu’indique le représentant que CESE (Conseil économique social et environnemental) Christian Vernaudon, qui en réclame aujourd’hui l’instauration au fenua.

Publié le 20/10/2020 à 16:47 - Mise à jour le 20/10/2020 à 16:58
Lecture < 1 min.

Les salariés Polynésiens sont-ils les seuls du territoire national, à ne pas bénéficier du mécanisme d’activité partielle ? C’est ce qu’indique le représentant que CESE (Conseil économique social et environnemental) Christian Vernaudon, qui en réclame aujourd’hui l’instauration au fenua.

Ce dispositif d’aide permet aux salariés de l’hexagone et des outre-mer de conserver un revenu à hauteur de 84% minimum de leur solde habituel, et cela jusqu’à la fin de cette année. Et pour Christian Vernaudon : « il n‘y a aucune raison pour que les citoyens français et européens que nous sommes ne puissent pas bénéficier de notre juste quote-part de « subvention exceptionnelle covid » pour sauver les emplois et les revenus des masses populaires ».

« Depuis le mois d’avril, la meilleure chose qui ait été décidée par le gouvernement national, a été d’instaurer ce qu’on appelle l’activité partielle, estime-t-il. C’est-à-dire la possibilité pour tous les salariés de France et de tous les outre-mer, de pouvoir bénéficier, s’il n’y a plus assez d’activité ou si leurs employeurs ne peuvent plus leur procurer autant de revenu qu’auparavant, pouvoir bénéficier d’un mécanisme qui fait que tous ces gens là, tous ces salariés, bénéficient à minima de 84% de leur salaire, de leur revenu d’avant la crise covid, et pour les smigars, de 100%. »

« Le gouvernement national vient d’annoncer qu’il allait reconduire ces mesures dans l’hexagone, dans tous les départements et collectivités d’outre-mer. C’est une mesure qui est également appliquée en Nouvelle-Calédonie. Pour ma part, j’exhorte le président du Pays, de l’assemblée de la Polynésie, à passer la loi de Pays qui permettrait que les milliers, peut-être probablement plus de 10 000 Polynésiens qui depuis le mois de mars, ont ou bien perdu totalement leur emploi parce qu’il n’y a pas eu de renouvellement de CDD, parce qu’il y a eu des licenciements qui se chiffrent en milliers et il faudrait que la CPS fournisse les chiffres. Et aussi les très nombreux polynésiens qui ont du accepter contraints et forcés, de voir leurs revenus diminuer de 30, 40, 50%. »

infos coronavirus

À Raiatea, le ma’a tahiti pour aider les jeunes à s’en sortir

Pour sortir du marasme économique, à Raiatea, une famille de Tumaraa mise sur un savoir-faire ancestrale : le "ahi ma'a". Depuis le début de la crise, plusieurs jeunes se retrouvent sans emploi, et le retour aux sources pourrait les aider à sortir de ce mauvais pas...

Eugène Sommers, président du CESEC : « Il y a 640 milliards qui dorment » dans les banques

Afin de faire un tour d’horizon de l’actualité, Eugène Sommers, président du Conseil Économique, Social, Environnemental et Culturel de la Polynésie française (CESEC), était l'invité de notre journal :