jeudi 4 juin 2020
A VOIR

|

Choix d’un médecin traitant : le principe ne fait pas l’unanimité

Publié le

Depuis mi-août, les Polynésiens doivent désigner leur médecin traitant par le biais d’un formulaire. Une décision prise en conseil des ministres en mai dernier. Objectif : mieux assurer le suivi du malade avec un seul et même référent de santé. Mais cette nouvelle pratique est dénoncée par certains médecins.

Publié le 05/09/2019 à 16:42 - Mise à jour le 06/09/2019 à 10:14
Lecture 2 minutes

Depuis mi-août, les Polynésiens doivent désigner leur médecin traitant par le biais d’un formulaire. Une décision prise en conseil des ministres en mai dernier. Objectif : mieux assurer le suivi du malade avec un seul et même référent de santé. Mais cette nouvelle pratique est dénoncée par certains médecins.

C’est officiel depuis trois semaines, les patients doivent désormais faire le choix d’un médecin traitant et le déclarer. Il peut s’agir d’un médecin généraliste ou bien d’un pédiatre pour les moins de 16 ans. Le processus est simple : il suffit de voir directement le médecin choisi et de lui signaler votre choix. « L’idée c’est que chaque patient puisse référer à l’organisme payeur donc la CPS, le médecin qu’il aura choisi et dans lequel il a confiance, et d’officialiser la chose auprès de la Caisse. (…) En pratique, à l’occasion d’une maladie, le patient consulte chez le médecin qu’il a choisi, donc ça peut très bien se passer aujourd’hui comme en 2021 s’il n’a pas de problème de santé jusqu’à cette période, et demander en accord avec son médecin, de pouvoir désigner à la Caisse le fait qu’il soit patient de ce médecin traitant », explique le docteur Trouche, médecin conseil à la CPS.

Depuis la mise en place de ce nouveau système, près de 800 inscriptions ont été enregistrées. Mais le principe est dénoncé par certains médecins. Selon eux, tout comme en métropole, ce nouveau système ne permettra aucune économie. En plus de complications administratives pour les médecins, les patients, eux, seraient également désavantagés : « il s’agit d’une loi de Pays avec tout ce que ça entraîne comme mise en place et comme problème d’ordre administratif avec lesquels on se bat toute la journée et ça nous en rajoute une petite couche. (…) On va être obligés, par internet, de faire signer le patient d’une façon informatique. En plus, d’imprimer un document papier qu’il devra nous signer et qu’on est censés garder en archives. Avec le nombre de patients qu’on a chacun, ça va nous faire pas mal de papier. Mais il ne faut pas s’arrêter au domaine purement théorique. Il y a le domaine pratique au quotidien qui va rendre les choses oh combien difficiles aussi pour les patients, il ne faut pas se leurrer », estime le docteur Bondoux.

Selon la CPS, aucun patient ne devrait être lésé. Il suffit de changer de médecin traitant pour ne pas avoir à payer 20% plus cher.

Et sachez qu’il est inutile de vous précipiter chez votre médecin pour signer le formulaire en question. Il vous suffit de faire votre déclaration lors de votre prochaine consultation.  

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Taiarapu-Ouest : 5 listes fusionnent pour contrer celle arrivée...

Au premier tour des municipales, le maire sortant était arrivé second avec 717 voix de retard sur le premier. Pour renverser la vapeur, il a alors décidé de fusionner avec les 4 autres listes toujours en course, mais au prix de son siège de maire de la commune.

Nucléaire : le Sénat vote la suppression de la...

Dans la nuit de vendredi à samedi en métropole, le Sénat a voté la suppression de l’article qui étendait à toutes qui étendait à toutes les demandes d’indemnisation des victimes du nucléaire, l’application du seuil d’1 millisievert. Une décision surprenante car les sénateurs avaient déjà voté pour l’application de ces nouvelles règles début mars.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV