jeudi 22 octobre 2020
A VOIR

|

Choix d’un médecin traitant : le principe ne fait pas l’unanimité

Publié le

Depuis mi-août, les Polynésiens doivent désigner leur médecin traitant par le biais d’un formulaire. Une décision prise en conseil des ministres en mai dernier. Objectif : mieux assurer le suivi du malade avec un seul et même référent de santé. Mais cette nouvelle pratique est dénoncée par certains médecins.

Publié le 05/09/2019 à 16:42 - Mise à jour le 06/09/2019 à 10:14
Lecture 2 minutes

Depuis mi-août, les Polynésiens doivent désigner leur médecin traitant par le biais d’un formulaire. Une décision prise en conseil des ministres en mai dernier. Objectif : mieux assurer le suivi du malade avec un seul et même référent de santé. Mais cette nouvelle pratique est dénoncée par certains médecins.

C’est officiel depuis trois semaines, les patients doivent désormais faire le choix d’un médecin traitant et le déclarer. Il peut s’agir d’un médecin généraliste ou bien d’un pédiatre pour les moins de 16 ans. Le processus est simple : il suffit de voir directement le médecin choisi et de lui signaler votre choix. « L’idée c’est que chaque patient puisse référer à l’organisme payeur donc la CPS, le médecin qu’il aura choisi et dans lequel il a confiance, et d’officialiser la chose auprès de la Caisse. (…) En pratique, à l’occasion d’une maladie, le patient consulte chez le médecin qu’il a choisi, donc ça peut très bien se passer aujourd’hui comme en 2021 s’il n’a pas de problème de santé jusqu’à cette période, et demander en accord avec son médecin, de pouvoir désigner à la Caisse le fait qu’il soit patient de ce médecin traitant », explique le docteur Trouche, médecin conseil à la CPS.

Depuis la mise en place de ce nouveau système, près de 800 inscriptions ont été enregistrées. Mais le principe est dénoncé par certains médecins. Selon eux, tout comme en métropole, ce nouveau système ne permettra aucune économie. En plus de complications administratives pour les médecins, les patients, eux, seraient également désavantagés : « il s’agit d’une loi de Pays avec tout ce que ça entraîne comme mise en place et comme problème d’ordre administratif avec lesquels on se bat toute la journée et ça nous en rajoute une petite couche. (…) On va être obligés, par internet, de faire signer le patient d’une façon informatique. En plus, d’imprimer un document papier qu’il devra nous signer et qu’on est censés garder en archives. Avec le nombre de patients qu’on a chacun, ça va nous faire pas mal de papier. Mais il ne faut pas s’arrêter au domaine purement théorique. Il y a le domaine pratique au quotidien qui va rendre les choses oh combien difficiles aussi pour les patients, il ne faut pas se leurrer », estime le docteur Bondoux.

Selon la CPS, aucun patient ne devrait être lésé. Il suffit de changer de médecin traitant pour ne pas avoir à payer 20% plus cher.

Et sachez qu’il est inutile de vous précipiter chez votre médecin pour signer le formulaire en question. Il vous suffit de faire votre déclaration lors de votre prochaine consultation.  

infos coronavirus

Les programmes des vols internationaux d’octobre 2020 à mars 2021

Les compagnies aériennes internationales desservant la Polynésie française ont déposé, pour approbation, leurs programmes de vols pour la saison IATA Hiver 2020-2021, courant du 25 octobre 2020 au 27 mars 2021. Ces programmes de vols s’inscrivent dans le contexte de la pandémie mondiale de la Covid-19.

Covid-19 : quels protocoles sanitaires pour les infirmiers libéraux à Raiatea ?

Plusieurs corps de métiers sont directement exposés à la Covid-19. Parmi eux, les infirmiers libéraux. À Raiatea, ils sont cinq à exercer cette profession. Depuis le mois de mars, leurs visites à domicile sont soumises à un protocole très rigoureux, afin de les protéger, ainsi que leurs patients.