mercredi 12 mai 2021
A VOIR

|

Chiffres 2019 de la délinquance en Polynésie : la lutte contre l’ice reste une priorité

Publié le

Les chiffres de la délinquance pour l’année 2019 ont été dévoilés ce mardi matin au Haut-commissariat. Les autorités judiciaires et les forces de l’ordre s’accordent à dire qu’en Polynésie française, la délinquance est maîtrisée. Toutefois, la violence intra-familiale ou encore les infractions sur les stupéfiants sont en hausse. Et la lutte contre l’ice reste l’une des priorités des autorités de l’Etat

Publié le 28/01/2020 à 17:31 - Mise à jour le 30/01/2020 à 11:36
Lecture 2 minutes

Les chiffres de la délinquance pour l’année 2019 ont été dévoilés ce mardi matin au Haut-commissariat. Les autorités judiciaires et les forces de l’ordre s’accordent à dire qu’en Polynésie française, la délinquance est maîtrisée. Toutefois, la violence intra-familiale ou encore les infractions sur les stupéfiants sont en hausse. Et la lutte contre l’ice reste l’une des priorités des autorités de l’Etat

Malgré une baisse constante des atteintes aux biens ces dernières années,  -4% en 2019, le bilan de la délinquance en Polynésie révèle encore les maux de la société polynésienne.

Source : haut-commissariat de la Polynésie française

Tout d’abord avec un taux de violences intra-familiales supérieur aux moyennes nationales. Les autorités comptabilisent en moyenne, 2500 atteintes volontaires à l’intégrité physique chaque année. Les victimes portent de plus en plus plainte, la parole se libère mais les violences intra-familiales restent un fléau.

2 femmes sont mortes sous les coups de leur compagnon en 2019

On compte quasiment 3000 victimes de brutalités en Polynésie française. 81% des cas ont lieu dans la sphère familiale.

Le projet d’installation d’une unité médico judiciaire aux abords de l’hôpital est activement soutenu par les autorités.« L’unité médico judiciaire c’est important, souligne Dominique Sorain, haut-commissaire. Le procureur général a eu l’occasion de le rappeler. Parce que c’est un moyen aussi d’accueillir les personnes victimes. C’est-à-dire d’apporter des réponses à la fois en terme d’appuis, en terme de santé mais aussi en terme d’assistance judiciaire. Et c’est ça qui est important : c’est de pouvoir mêler ces deux aspects là où les personnes sont accueillies. c’est une des priorités en terme de réalisations en 2020. »

1 777 infractions à la législation sur les stupéfiants, c’est deux fois plus qu’en métropole, cela laisse à penser que la consommation de drogue en Polynésie s’est banalisée notamment l’usage du cannabis.

Les saisies d’ICE prouvent aussi que les forces de Police et de Gendarmerie font de la lutte contre cette drogue une priorité.  Près de 23 kilos avaient été saisis en 2017, 1.4 kg en 2018 et 12 kilos en 2019.

Source : haut-commissariat de la Polynésie française

Un phénomène préoccupant. Selon les forces de l’ordre et le parquet, au moins 10 000 personnes ont déjà touché à l’ice en Polynésie. « C’est un phénomène sociétal auquel nous devons faire face. Et il faut pouvoir apporter un soutien aux familles, aux jeunes et ça passe par ces différentes dimensions. D’un côté la répression, d’un côté l’appui et l’assistance. prenons l’exemple de l’ice : il y a des trafiquants qui font de l’argent et il faut les taper au portefeuille, les emprisonner quand c’est nécessaire. mais à côté de ça, il y a des personnes en détresse, des personnes qui sont en détresse », estime le haut-commissaire.

Les campagnes de sensibilisation et les contrôles routiers avec une tolérance zéro portent leur fruit. Le nombre d’accident n’a cessé de baisser. 29 personnes sont cependant mortes sur les routes l’an dernier. Le comportement de certains usagers de la route doit changer selon les autorités.

infos coronavirus