samedi 6 mars 2021
A VOIR

|

#Charliecharliechallenge : le coup marketing qui buzze

Publié le

Publié le 02/06/2015 à 7:49 - Mise à jour le 02/06/2015 à 7:49
Lecture 2 minutes

Le jeu Charlie Charlie envahit les réseaux sociaux et les cours de récré. A l’aide d’une feuille de papier annotée des mots « oui » et « non » et de deux crayons, les jeunes s’amusent à invoquer un démon mexicain appelé Charlie. Celui-ci est censé répondre à diverses questions en faisant bouger le crayon du dessus… Des internautes ont publié leurs séances de spiritisme sur le web. Photos, vidéos et hashtags #CharlieCharlieChallenge sont partout sur la toile. 

 

Oww fuck #CharlieChallenge Tevai Hani Hitiata Moana Mihireva Vaiturai

Posted by Henri Holden on lundi 1 juin 2015

Le jeu fait le buzz aux Etats-Unis mais aussi en métropole et au fenua. En Polynésie, où la population est très croyante, les parents s’inquiètent des répercussions sur leurs enfants. Un père a même alerté l’école de son fils sur ce jeu. « C’est un de ses camarades de classe (de 5e) qui a invoqué le démon Charlie pour venir le posséder. Il a évoqué le nom et prénom de mon fils. Suite à cet incident, mon fils a bien été perturbé. Il a passé une mauvaise nuit, fait des cauchemars. 

J’ai dû consulter un prêtre à ce sujet de la Paroisse de St Joseph de Faaa », témoigne-t-il. Mais que chacun se rassure, aucun démon mexicain du nom de Charlie n’existe.

Le jeu ne serait qu’un grand coup de marketing ayant pris trop d’ampleur… C’est ce que rapporte le site Internet américain Uproxx  repris par Elle. Le jeu servirait à promouvoir un film d’horreur, The Gallows, prévu pour sortir en métropole le 22 juillet. 
Le
pitch : En 1993, un jeune étudiant est tué lors d’un spectacle de fin d’année. Vingt ans plus tard, des élèves décident de remonter la pièce pour lui rendre hommage. Mais bien entendu, rien ne se passe comme prévu.
 

M.K

Bande annonce (espagnole) The Gallows/ La Horca

Bande annonce (française) The Gallows

Plus d’infos dans vos journaux du 3 juin 2015. A voir en replay en cliquant ICI

infos coronavirus