lundi 10 août 2020
A VOIR

|

Ces régimes qui font grossir

Publié le

Chercheuse sur les comportements alimentaires, Sophie Deram invite à "oublier les régimes" parce qu’"ils font grossir". C’est d’ailleurs le titre de son livre qui trouve un écho particulier en Polynésie, où les régimes et les formules "miracles" font plus de mal que de bien.

Publié le 25/02/2020 à 10:11 - Mise à jour le 25/02/2020 à 10:20
Lecture 2 minutes

Chercheuse sur les comportements alimentaires, Sophie Deram invite à "oublier les régimes" parce qu’"ils font grossir". C’est d’ailleurs le titre de son livre qui trouve un écho particulier en Polynésie, où les régimes et les formules "miracles" font plus de mal que de bien.

Dukan, dissocié, kéto ou intermittent. Les régimes fleurissent tellement qu’on ne sait plus où donner de la tête. Mais derrière les promesses de minceur, attention à la spirale des kilos. Car à force de s’infliger des restrictions, le corps développe ce qui est désormais identifié comme une faim « émotionnelle ». Parce que manger, ça fait du bien. Par conséquent, les régimes augmentent l’appétit, exerçant une très mauvaise influence sur nos émotions.

« On voit qu’au fur et à mesure des régimes, les gens confondent les émotions et utilisent la nourriture pour tout, explique Sophie Deram, chercheur en neuroscience du comportement alimentaire. Je suis stressé, je mange. Je suis fatigué, je mange. J’ai soif, je mange. Ils sont complètement perdus dans leurs sensations internes et on se rend compte qu’aujourd’hui, le fait de faire des régimes, ça vous déconnecte de votre corps. »

Dans son livre, Sophie dénonce un « terrorisme nutritionnel » et démontre que la meilleure façon d’accumuler des kilos, c’est d’enchaîner les régimes. C’est d’ailleurs l’objet de sa venue en Polynésie, former des professionnels de santé à travailler sans régime, pour aller davantage vers une hygiène alimentaire.

« L’idéal c’est d’avoir une relation tranquille avec l’alimentation, comme avaient nos ancêtres, poursuit-elle. Mais c’est vrai que ça ne suffit pas. Il faut aussi privilégier la qualité. Ça peut être la qualité alimentaire, mais aussi la qualité de votre comportement. Je dis souvent qu’il faut manger mieux, pas moins. »

Selon une étude de l’Institut de la statistique de Polynésie française, les comportements alimentaires sont liés aux ressources financières. Ainsi les foyers les plus modestes présentent un régime riche en amidon, avec un apport conséquent de riz et de pain. Par opposition, les cadres ou professions intermédiaires font des repas très riche en protéines.

« Le fond du problème, ce n’est pas uniquement un manque de moyens, indique de son côté Ingrid Boudeau, diététicienne en diabétologie à l’hôpital de Taaone. Mais ça y participe grandement, sachant qu’en Polynésie, on a quand même une personne sur deux qui vit en-dessous du seuil de pauvreté. Donc à partir de là, les gens ne sont pas dans l’intellect de dire qu’est-ce qu’il faudrait que je mange pour manger équilibré. Ils sont dans l’intellect de dire qu’est-ce que je vais manger pour vivre, pour survivre. A partir de là, vous ne pouvez pas faire d’éducation alimentaire avec des gens qui n’ont pas de quoi manger, qui n’ont pas de quoi vivre, qui n’ont même pas un toit sur la tête ou qui ont un toit sur la tête mais qui sont serrés. Comment vous voulez que ces gens-là s’investissent dans la recherche d’une alimentation adaptée à leur état de santé, à leur état de poids ? C’est pas possible. »

Pas de gélule, ni de poudre magique pour maigrir donc. Mais un investissement personnel et familial, qui nécessite un accompagnement.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV