samedi 8 mai 2021
A VOIR

|

Célébration de l’arrivée de l’Evangile: une faible mobilisation

Publié le

Publié le 04/03/2018 à 15:24 - Mise à jour le 04/03/2018 à 15:24
Lecture 2 minutes

D’habitude, les tribunes de la salle Maco Nena ne suffisent pas à accueillir tous les paroissiens de Papeete. Aujourd’hui, ils étaient moins d’un millier à venir s’abreuver de la parole de dieu et célébrer ce jour important pour la confession protestante.  

Après 9 ans d’absence du territoire, le pasteur Pihaatae tire la sonnette d’alarme. Faut-il alors entamer une nouvelle réforme, tout porte à le croire. « Je pense qu’il y a des choses à revoir à ce niveau là. après neuf ans d’absence du fenua, je constate qu’il y  a moins de monde qui participe aux festivités. »

Pour le pasteur, à notre époque pas mal de monde se désintéresse de ce type de rassemblement. « Il faudra que l’on revoit cela et que l’on travaille sur la méthode. Il semblerait que l’on soit dépassé par les évènements, notamment au niveau de la modernisation, de la mondialisation. Il faut évoluer en fonction du temps, mais tout en gardant notre foi chrétienne. »

Les représentant du Council for World Mission (Conseil pour la mission mondiale des églises chrétiennes) de passage en Polynésie sont ravis d’assister à la cérémonie du 5 mars et de constater le résultat de plus de 200 ans de croyance en Dieu après le passage de la London missionnary society en 1797. Jeff Williams représentant du Council for World Mission au Pays de Galles estime que malgré le manque de participants à l’évènement, « Il y a nettement plus de monde que lors de célébrations en Europe. » et que si les premiers missionnaires de la LMS revenaient à notre époque, « Ils seraient très contents. »
 
Après la sainte cène, chants et lectures bibliques ont rythmé cette journée de célébration.  Outre les autorités religieuses, on notait la présence du Président de la Polynésie française, Edouard Fritch, des maires de Papeete et Faa’a, Michel Buillard et Oscar Temaru, du député Moetai Brotherson, et de représentants à l’Assemblée de la Polynésie française.

 

Rédaction Web avec Esther Parau Cordette et Brandy Tevero

infos coronavirus