mercredi 2 décembre 2020
A VOIR

|

Cancer du sein : un plan d’actions pour la mise en oeuvre du dépistage

Publié le

Le gouvernement a adopté le plan d’actions pour la mise en œuvre du dépistage organisé du cancer du sein, annonce le compte-rendu du conseil des ministres.

Publié le 16/09/2020 à 15:51 - Mise à jour le 16/09/2020 à 16:03
Lecture 2 minutes

Le gouvernement a adopté le plan d’actions pour la mise en œuvre du dépistage organisé du cancer du sein, annonce le compte-rendu du conseil des ministres.

Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez la femme en Polynésie française avec une moyenne de 135 nouveaux cas par an. Il occupe également le premier rang en terme de mortalité par cancer chez la femme.

Le dépistage du cancer du sein permet de poser un diagnostic plus précoce, avant l’apparition des symptômes. Les tumeurs sont de plus petite taille, l’atteinte à distance moindre et le pronostic est en général plus favorable. D’un point de vue de santé publique, l’objectif principal du dépistage du cancer du sein est la réduction du taux spécifique de mortalité. Cependant, pour espérer une diminution de ce taux, il est nécessaire que le taux de participation de la population cible atteigne un niveau élevé, soit 70 % pour le cancer du sein.

À ce jour, le dépistage du cancer du sein est proposé aux femmes de 50 à 74 ans par le biais d’une consultation gratuite de radiologie (examen clinique des seins, mammographie avec échographie si besoin) tous les 2 ans. L’ensemble des examens est pris en charge par la direction de la Santé. En 2018, 5 251 femmes ont réalisé une mammographie de dépistage, soit un taux de participation de 31 %.

Le Plan Cancer pour la Polynésie française 2018-2022 préconise le passage du dépistage intensifié au dépistage organisé du cancer du sein (DOCS). L’organisation du dépistage présente de nombreux avantages :

  • atteindre et inciter au dépistage les femmes qui ne l’auraient pas été par ailleurs (ou à moindre degré). Cette incitation passe par une invitation personnelle et des relances aux non répondantes, et par la gratuité des actes ;
  • assurer le suivi des femmes dépistées positives ;
  • instaurer une démarche d’assurance qualité (contrôle des mammographes, etc.) ;
  • permettre l’évaluation des campagnes de dépistage et proposer des actions d’amélioration.

Le gouvernement a adopté le plan d’actions pour la mise en œuvre du DOCS, annonce le compte-rendu du conseil des ministres. Celui-ci permet de définir les actions à mener dans le cadre du dispositif et de déterminer son organisation. Il fixe l’organisation et les modalités de mise en œuvre du dépistage du cancer du sein sur l’ensemble de la Polynésie française et a pour objectif général de réduire la mortalité due au cancer du sein ainsi que la lourdeur des traitements liée à une prise en charge tardive. Il est construit selon 7 axes qui définissent son cahier des charges :

  • Axe 1 : Relations avec la population
  • Axe 2 : Suivi de la population
  • Axe 3 : Relations avec les professionnels de santé
  • Axe 4 : Gestion du système d’information
  • Axe 5 : Assurance qualité du DOCS
  • Axe 6 : Évaluation du DOCS
  • Axe 7 : Recherche et expérimentations

Les autres sujets au compte-rendu du conseil des ministres

– Avancement du programme de rénovation urbaine
– Ouverture des quotas d’importation de viande de porc pour le second semestre 2020
– Tableau de bord du tourisme pour le premier trimestre 2020
– Subvention à l’association Monoï de Tahiti
– Mise en œuvre du projet de l’association « Tamarii Nuutania »
– Organisation sanitaire de la Polynésie française
– Convention relative à la prise en charge des loyers étudiants dans le cadre du dispositif d’aide au logement étudiant au titre de l’année universitaire 2019-2020
– Bilan de la Commission Territoriale de la Jeunesse et de l’Education Populaire (CTJEP)

infos coronavirus

À partir du 15 décembre, retour à la normale pour les voyages France – Polynésie

Les Français retrouveront avec la levée du confinement la liberté de circulation à partir du 15 décembre, a affirmé mardi le ministre délégué aux Transports Jean-Baptiste Djebbari, expliquant qu'il n'y avait "aucun problème à réserver" un billet d'avion pour les outremers.