mercredi 5 août 2020
A VOIR

|

Câble Natitua : le contrat est signé

Publié le

Publié le 19/07/2017 à 13:52 - Mise à jour le 19/07/2017 à 13:52
Lecture 2 minutes

Le contrat du câble sous-marin Natitua a été attribuée à la société Alcatel Submarine Networks. Edouard Fritch et le président directeur général de l’Office des postes et télécommunications Jean-François Martin, ont signé le contrat jeudi matin avec le directeur commercial et marketing d’Alcatel Submarine Networks, Paul Gabla.

« Le chantier Natitua géré par l’OPT, va doter la Polynésie française de nouveaux équipements structurants à la pointe du progrès, en termes de télécommunications. Dès la mise en service du câble Natitua, prévu fin 2018, les habitants des îles reliées qui attendent ça depuis longtemps, pourront bénéficier des offres commerciales à haut débit et très haut débit, identiques à celles des habitants des îles de la Société connectées à Honotua », a déclaré le Président.
 
Ce contrat permet à l’installation et la mise en service d’un système de communication à haut débit par câbles sous-marins à fibre optique reliant Tahiti à certaines îles des archipels des Tuamotu et des Marquises, appelé Natitua. Les usagers des îles éloignées pourront bénéficier du haut débit.

« Je souhaite que la Polynésie française entre pleinement dans l’ère numérique et devienne un pays d’îles connectées, des smart islands à la pointe de l’innovation dans les prochaines années. Natitua représente une avancée importante vers cet objectif », a ajouté le Président. 
 
Ce câble sous-marin de plus de 2500 km reliera Tahiti à huit îles de l’archipel des Tuamotu – Rangiroa, Manihi, Takaroa, Kaukura, Arutua, Fakarava, Makemo et Hao – et à deux îles des Marquises – Hiva Oa et Nuku Hiva.
 

Rédaction web avec communiqué

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Sénatoriales : la liste des grands électeurs en Polynésie

La liste des électeurs qui prendront part aux élections sénatoriales le dimanche 27 septembre 2020 a été publiée au journal officiel de la Polynésie française.

Un jardin aromatique pour patients dialysés

L’association Apair Apurad de Paea propose un jardin aromatique à ses patients dialysés. Le centre accueille une cinquantaine de ces personnes à la santé fragile qui vont pouvoir mieux s'alimenter.

« Fa’aiho » : un festival culturel du 12 au 15...

Sur proposition du ministre de la Culture et l’établissement Te Fare Tauhiti Nui – Maison de la culture, le Conseil des ministres a approuvé l’organisation du Festival baptisé Fa’aiho, lequel est dédié à la relance de la culture et à la valorisation des artistes et artisans qui en font battre le cœur chaque jour.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV