lundi 18 octobre 2021
A VOIR

|

Bora Bora, un exemple en terme d’assainissement

Publié le

En près de 30 ans, Bora Bora est devenue un exemple en termes de distribution d’eau potable et d’assainissement. En 1990, elle a fait appel à la Polynésienne des eaux pour assurer ce chantier… Aujourd’hui l’île est capable de fournir de l’eau et de traiter les eaux usées de ses 11 000 administrés et 200 000 touristes par an…

Publié le 24/03/2021 à 17:11 - Mise à jour le 24/03/2021 à 17:15
Lecture 2 minutes

En près de 30 ans, Bora Bora est devenue un exemple en termes de distribution d’eau potable et d’assainissement. En 1990, elle a fait appel à la Polynésienne des eaux pour assurer ce chantier… Aujourd’hui l’île est capable de fournir de l’eau et de traiter les eaux usées de ses 11 000 administrés et 200 000 touristes par an…

Pour palier l’augmentation démographique et le développement du secteur touristique, Bora Bora a dû mettre en place des solutions pour distribuer de l’eau potable à ses administrés. En 1990, la commune fait appel aux services de la Polynésienne des eaux. Aujourd’hui, plus de 3000 m3 d’eau potable sont produits chaque jour… Vincent Sturny, responsable de la Polynésienne des eaux aux Raromatai raconte : “On a subi le réchauffement climatique déjà dans les années 1998. Ça s’est aggravé jusque dans les années 2006, et c’est vraiment le dessalement de l’eau de mer qui a permis de fournir de l’eau à toute la population et aux hôtels. Cette solution étant très coûteuse, on a aussi mis en place une tarification adaptée à la population et aux différents professionnels du tourisme pour que ceux qui ont les moyens paient un peu plus que ceux qui ont moins les moyens”.

Bora Bora est l’une des seules communes polynésiennes à disposer d’un système d’assainissement des eaux usées… l’île compte 2 stations d’épuration à la pointe de la technologie… “Il s’agit de récupérer toutes les eaux qui proviennent des maisons ainsi que toutes les eaux provenant des hôtels pour pouvoir les traiter dans un système d’assainissement globalisé où on va centraliser toutes ces eaux là pour les traiter via les stations d’épuration. L’objectif de ces stations d’épuration, c’est de pouvoir traiter les eaux usées et nous devons répondre devant la loi à une qualité d’eau de baignade en sortie de station d’épuration”, explique Moanatea Leu, adjoint de la Polynésienne des eaux aux Raromatai.

À ce jour 90% des foyers sont raccordés aux réseaux. Quant au reste… “Les 10% restants ainsi que les motu, vont être gérés par le Spanc, déclare Vincent Sturny. Le Spanc c’est le Service public d’assainissement non collectif. On va contrôler tous les systèmes d’assainissement non collectifs qui sont en général non conformes en terme de règlementation du centre d’hygiène et de salubrité publique. Et on va vidanger ces fosses régulièrement afin de mieux les entretenir.”

Traitées ces eaux sont utilisées pour l’arrosage des plantes dans les hôtels ou pour alimenter les bouches à incendie… Et grâce à tout ce dispositif, Bora Bora a décroché pour la 21ème année consécutive, le fameux pavillon bleu….

Rédigé par

infos coronavirus