jeudi 28 mai 2020
A VOIR

|

Boeing chez ATN : C’était « comme choisir entre Miss Monde et Miss Univers »

Publié le

Publié le 24/02/2015 à 15:53 - Mise à jour le 24/02/2015 à 15:53
Lecture 2 minutes

Comme nous l’annoncions lundi, Air Tahiti Nui (ATN) a choisi en conseil d’administration de se tourner vers le constructeur américain Boeing. L’Européen Airbus aurait tenté une contre-proposition cette semaine, mais la compagnie au tiare a finalement choisi de rester sur son premier choix. Une décision qui a été validée par le Pays, premier actionnaire, ce mercredi. « Il y avait du plus et du moins pour chaque avionneur », déclare Michel Monvoisin au micro de Tahiti Nui Télévision. Pour le P-dg d’ATN, c’était comme « choisir entre Miss Monde et Miss Univers ».

Mais qu’est-ce qui a fait pencher la balance ? « On a mis un an à étudier le dossier. Tout joue : la consommation, le type d’avion, les matériaux de l’avion, le confort de pilotage…Après on met des plus et puis on compte », explique Michel Monvoisin. « A la fin, il faut prendre une décision ». Finalement, Boeing l’a emporté. « Le Boeing est un avion nouvelle génération en matériaux composites avec un confort pour le passager, on le sait. Quand vous volez dans un Boeing Dreamliner, il n’y a plus l’effet « jambes lourdes »(…) Au final, le confort passager a pesé », détaille Michel Monvoisin. 

Il s’agit d’un changement de taille pour la compagnie polynésienne qui passe du constructeur européen basé en France, Airbus, à l’américain Boeing. « Je n’ai pas de raison de croire que l’Etat sera fâché », a déclaré le président du Pays, Edouard Fritch, au micro de Tahiti Nui Télévision. « Il n’y a eu aucune pression », insiste-t-il. Même discours du côté de Michel Monvoisin : « L’État n’est absolument pas intervenu dans ce dossier ».

La flotte actuelle d’ATN est essentiellement composée d’Airbus A340-300. Ils seront « probablement revendus à des compagnies spécialisées qui les démonteront pour les pièces détachées » , déclare le P-dg de la compagnie. 
ATN a choisi le modèle 787 Dreamliner de Boeing. La compagnie va acquérir 4 avions. Le premier arrivera fin 2018 et les suivants en 2019. Deux seront en location, les deux autres en acquisition. 

Les pilotes et le personnel d’ATN devront donc s’adapter et se former aux nouveaux avions. « Ce qui me préoccupe aujourd’hui, c’est le problème humain qui se pose », déclare Edouard Fritch. « Il faudra faire migrer le personnel de ce qu’ils connaissent bien aujourd’hui, c’est-à-dire la technologie Airbus, le service à bord d’Airbus, vers un autre service qui est totalement différent, celui de Boeing ». « Est-ce que le personnel est prêt ? On m’a répondu « oui ». Le comité d’entreprise est informé ? On m’a dit « oui » », affirme le président du Pays.
Pour le P-dg d’ATN, effectivement, pas de soucis de ce côté là : « Ils iront en stage, en formation, et ils s’adapteront. Ils auront une qualification technique sur Boeing », déclare Michel Monvoisin. Certes, « c’est moins facile que si on était resté dans la famille Airbus », admet-il. « Mais ce n’est pas un obstacle ». 

Voici à quoi devraient ressembler les prochains avions

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Une maladie bactérienne liée à la chauve-souris étudiée en...

Des scientifiques mènent des investigations en Nouvelle-Calédonie sur une nouvelle maladie bactérienne soupçonnée d'être transmise par les chauves-souris, qui a touché entre 2012 et 2019 une quinzaine de personnes dont quatre sont mortes, a-t-on appris vendredi de source médicale.

Bac 2020 : l’oral de français annulé, le contrôle...

Le ministre de l'Éducation Jean-Michel Blanquer a annoncé jeudi qu'il n'y aurait pas cette année d'épreuve orale de bac de français pour les lycéens de Première.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV