fbpx
dimanche 23 février 2020
A VOIR

|

Bilan de la sécurité routière en 2016

Publié le

Publié le 31/12/2016 à 14:52 - Mise à jour le 31/12/2016 à 14:52
Lecture 2 minutes

Le nombre d’accidents est en forte baisse depuis plusieurs années en Polynésie française. On enregistrait ainsi plus de 300 accidents par an il y a 10 ans, et on comptait encore 36 morts sur les routes polynésiennes en 2012. Le nombre d’accidents est passé sous la barre des 150 en 2015 et se maintient à ce seuil en 2016, avec, toutefois, un nombre de morts qui est malheureusement en augmentation d’une année sur l’autre.

En 2014 et 2015 ont totalisait 17 victimes de la route et depuis le début d’année 2016, 27 personnes  ont perdu la vie sur les routes de Polynésie française. L’analyse de ces accidents mortels fait apparaitre que plus de la moitié des personnes tuées (54%) sont des usagers de 2-roues, un quart d’entre elles (27%) sont des jeunes de moins de 25 ans, et 63% des accidents mortels sont liés à l’alcool et/ou aux stupéfiants. 

Dans ce contexte, les forces de l’ordre ont procédé au renforcement des contrôles routiers, en vue de réprimer les auteurs d’infractions comportementales, en ciblant particulièrement le contrôle des deux-roues, ainsi que la consommation d’alcool et de stupéfiants.
 
A la date du 26 décembre, 1597 conducteurs ont été contrôlés en état d’ébriété, ou positifs aux stupéfiants, 2857 conducteurs ont été contrôlés en excès de vitesse, 1162 conducteurs ont été contrôlés sans permis de conduire, 2548 conducteurs ont été contrôlés pour défaut de ceinture de sécurité, et 653 usagers de deux-roues ont été contrôlés pour défaut de port du casque.
 
La mobilisation des services reste très importante et constante et, à la répression nécessaire, s’ajoutent des actions préventives et pédagogiques qui concernent les addictions et les comportements à risque. Dans ce domaine, la lutte contre la récidive pour les délits routiers est une priorité qu’il faut développer plus fortement encore, dans le cadre du Comité de sécurité routière et des actions de prévention de la délinquance.
 

Rédaction Web avec communiqué

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

L’audiovisuel, un secteur qui séduit les jeunes

Ils sont graphistes, cadreurs, réalisateurs ou beatmakers. Avec la généralisation des smartphones et du numérique, les métiers de l’audiovisuel attirent de plus en plus de jeunes. Faute d’école spécialisée au fenua, ils sont nombreux à se former sur le tas. Comment font-ils pour s’en sortir et se faire une place sur un marché restreint ? Eléments de réponse.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X