mercredi 5 août 2020
A VOIR

|

Bientôt un nouveau bâtiment de mareyage à Fare Ute

Publié le

Le Président de la Polynésie française, Edouard Fritch, et le Vice-président, ministre en charge de l’économie bleue, Teva Rohfritsch, accompagnés du ministre de l’équipement René Temeharo ont participé, lundi en fin de journée, à la cérémonie de pose de la première pierre de futur bâtiment de mareyage de la société Ocean Products Tahiti.

Publié le 03/09/2019 à 12:10 - Mise à jour le 03/09/2019 à 12:15
Lecture 2 minutes

Le Président de la Polynésie française, Edouard Fritch, et le Vice-président, ministre en charge de l’économie bleue, Teva Rohfritsch, accompagnés du ministre de l’équipement René Temeharo ont participé, lundi en fin de journée, à la cérémonie de pose de la première pierre de futur bâtiment de mareyage de la société Ocean Products Tahiti.

Après le baptême du Lady Chris 8 en décembre dernier, c’est une nouvelle étape que Ocean Products Tahiti franchit aujourd’hui. Créée en 2009, cette société polynésienne familiale est un leader reconnu et renommé sur le marché local de la commercialisation de poissons que l’on peut trouver en grandes surfaces, dans les restaurants, sur les paquebots et dans les hôtels.

(Crédit photo : Présidence de la Polynésie française)
(Crédit photo : Présidence de la Polynésie française)

À partir de 2010, une activité d’export a été développée, et du poisson pêché en Polynésie française peut ainsi être vendu aux États-Unis, au Japon et en Nouvelle-Zélande. À partir de 2016, la société a connu une forte croissance grâce notamment au renforcement de l’équipe commerciale ainsi qu’à une meilleure valorisation des produits conditionnés et transformés plutôt qu’une simple vente de filets ou de poissons entiers.

Il est prévu également dans les années à venir d’étendre le réseau de distribution en Europe, après avoir obtenu un agrément en mars 2018, afin d’être présent sur les marchés clés à forte croissance, et de développer une activité de transformation et de vente de produits congelés de qualité, tant sur le marché local qu’à l’export.

(Crédit photo : Présidence de la Polynésie française)
(Crédit photo : Présidence de la Polynésie française)

Aujourd’hui, forte de l’expérience acquise au fil des années, la société de la famille Moarii lance la construction d’un bâtiment de mareyage moderne, conçu afin de répondre aux exigences en matière sanitaire, permettant d’assurer le meilleur traitement possible du poisson local. La nouvelle usine de production, située à proximité du Port de pêche de Papeete, prévoit sur deux niveaux des chambres froides, des ateliers de mareyage, un laboratoire, un espace traiteur et une poissonnerie.

Ce bâtiment, représentant un investissement de plus de 750 millions de Fcfp, va entraîner la création de 10 emplois équivalents temps pleins lors de sa mise en exploitation, en plus de maintenir les 20 employés actuels.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

80 tonnes de nono pesées à Raiatea

À Raiatea, la production de nono ne faiblit pas. Pour sa quatrième pesée depuis la fin du confinement, la récolte du mois s’élève à près de 80 tonnes. Une ressource agricole qui bénéficie à plusieurs centaines d’habitants...

Coronavirus : l’OMS prévoit une épidémie « très longue »

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS), réunie samedi à Genève, a prévenu que la pandémie de coronavirus allait probablement être "très longue".

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV