jeudi 4 juin 2020
A VOIR

|

Bientôt plus de pharmacies en Polynésie

Publié le

Le nombre de pharmacies au fenua devrait prochainement croître. Le conseil d’État vient en effet de valider une loi du Pays permettant la création de nouvelles officines. Le texte avait été attaqué par l’Ordre et les syndicats de pharmaciens de Polynésie qui le voyaient d’un mauvais œil et l’estimaient inconstitutionnel. Mais la haute juridiction a rejeté leur requête.

Publié le 28/10/2019 à 16:35 - Mise à jour le 29/10/2019 à 11:59
Lecture 2 minutes

Le nombre de pharmacies au fenua devrait prochainement croître. Le conseil d’État vient en effet de valider une loi du Pays permettant la création de nouvelles officines. Le texte avait été attaqué par l’Ordre et les syndicats de pharmaciens de Polynésie qui le voyaient d’un mauvais œil et l’estimaient inconstitutionnel. Mais la haute juridiction a rejeté leur requête.

Une demi-douzaine de nouvelles pharmacies pourrait prochainement voir le jour à Tahiti et dans les îles. Ce que permet une loi de Pays que vient de valider le conseil d’État. Le texte fait passer de 7 000 à 5 000 le nombre d’habitants nécessaire à l’ouverture d’une deuxième officine sur le sol d’une commune. Un seuil qui avait posé problème ces dernières années à Papara où l’installation d’une seconde pharmacie, grâce à une dérogation du gouvernement, avait suscité une vive opposition du propriétaire de la plus ancienne. Avec cette loi, ledit seuil est donc inscrit dans le marbre.

Aucun des pharmaciens que nous avons sollicités aujourd’hui n’a souhaité s’exprimer devant une caméra. Mais en off, tous reprochent au gouvernement d’avoir imposé une loi sans en mesurer les effets à long terme sur leurs activités. Un sentiment partagé par l’avocat de l’Ordre et des syndicats : « Ce que nous déplorons, c’est que la loi ait été créée pour servir des intérêts immédiats. Elle a une vision purement conjoncturelle. (…) Et la profession s’est intéressée, et surtout s’est inquiétée, de son impact à long terme. Nous verrons dans les années qui suivent qui aura eu raison » explique Dominique Antz, avocat du conseil de l’ordre des pharmaciens et de deux syndicats de la profession.

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Car pour le conseil, le tribunal administratif s’était déjà penché sur la question lors de l’attribution d’une dérogation pour l’officine de Papara. Et à l’inverse du conseil d’État, il n’estimait pas nécessaire d’abaisser le seuil des 7 000 habitants. « Au cas par cas, on se rendait bien compte que c’était tout à fait inutile, qu’il y avait suffisamment de pharmacies. Personne ne s’est jamais plaint de ne pas avoir accès à une pharmacie, de ne pas pouvoir obtenir ses médicaments quand il le fallait. (…) C’est la raison pour laquelle les créations par voie dérogatoire ne se justifiaient pas puisque les besoins de la population ne l’exigeaient pas » poursuit maître Dominique Antz.

Autre sujet d’inquiétude : la possibilité offerte par la loi aux titulaires d’une officine d’ouvrir des locaux secondaires. Ce qui pose des questions déontologiques selon les pharmaciens. Ils scruteront donc avec attention les décrets d’application du texte. « On sera vigilants sur tout, de toute façon. En matière de politique sanitaire, de santé publique… Et puis les pharmaciens sont au contact des patients et ils savent comme pour les médecins ce qui est bon pour la population » ajoute Antz.

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

À l’heure actuelle, 44 pharmacies maillent le territoire polynésien.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV