lundi 28 septembre 2020
A VOIR

|

Bientôt deux structures pour femmes et mineurs victimes de violence

Publié le

Le ministre de la Santé, Jacques Raynal, a accompagné, jeudi matin, la ministre des Outre-mer, Annick Girardin, lors de sa visite du CHPF (Centre hospitalier de Polynésie française) afin notamment de lui présenter deux établissements d’accompagnement en faveur des femmes et des mineurs victimes de violences, regroupant les milieux sanitaire et judiciaire, qui sont en cours de réalisation.

Publié le 06/02/2020 à 12:13 - Mise à jour le 06/02/2020 à 13:40
Lecture 3 minutes

Le ministre de la Santé, Jacques Raynal, a accompagné, jeudi matin, la ministre des Outre-mer, Annick Girardin, lors de sa visite du CHPF (Centre hospitalier de Polynésie française) afin notamment de lui présenter deux établissements d’accompagnement en faveur des femmes et des mineurs victimes de violences, regroupant les milieux sanitaire et judiciaire, qui sont en cours de réalisation.

Le ministère de la Santé et le procureur général ont travaillé de concert afin de permettre la réalisation de ces deux établissements  Tuiau Tama et Tuiau a Hine.

En Polynésie française, chaque année près de 1 500 femmes sont victimes de violences criminelles ou délictuelles. Chaque jour, 4 femmes sont victimes d’un acte violent connu des services de police et de gendarmerie. En moyenne, 2 000 enfants font l’objet de mesure de protection judiciaire. 60% sont des enfants suivis pour violences physiques et sexuelles.

Les violences faites aux enfants ont des conséquences catastrophiques à court, moyen et long terme sur leur santé physique et psychique. Il en est de même pour les conséquences sociales à long terme, car elles constituent le départ d’un véritable cycle d’échec et de violence (échecs scolaires, conduites addictives – tabac, alcool, drogues – marginalisation, isolement social, exclusion, délinquance). Le nombre de victimes de violences augmente depuis plusieurs années et la tendance reste à la hausse pour 2019.

Face à ces constats alarmants, le Conseil de Prévention de la Délinquance en Polynésie française (C.P.D.P.F) co-présidé par le Haut-commissaire, le Président du Pays et le Procureur Général ont arrêté un plan de prévention de la délinquance 2018-2020 qui s’articule autour de 4 priorités dont celle d’améliorer la prévention des violences intrafamiliales visant le développement des prises en charge médico-judiciaire des victimes.

La structure dénommée Tuiau Tama destinée aux mineurs offrira un accueil dans un milieu sécurisant, spécialisé et protégé. Elle assurera un accompagnement pluridisciplinaire au plus près de l’événement traumatique afin de faciliter les procédures judiciaires. Pour ce faire, elle travaillera en relais direct avec les professionnels de la santé, de la justice et de l’action sociale.

Tuiau Tama sera équipé d’un matériel d’enregistrement professionnel permettant à l’équipe pluridisciplinaire (enquêteurs, magistrats, médecins, psychologues), de réaliser des auditions de mineurs victimes « afin d’éviter que l’enfant ne répète ses dires, parce que redire c’est revivre, et pour que ce ne soit pas cet enfant vulnérable, blessé qui aille à la rencontre des divers professionnels compétents mais que ce soit ces professionnels qui viennent vers l’enfant ».

L’établissement nommé Tuiau a Hine, quant à lui, accueillera les femmes. Les équipes pluridisciplinaires offriront un espace d’écoute, de parole, de soins adaptés, mais aussi un espace de conseil et d’accompagnement dans les différentes démarches administratives et judiciaires. Les femmes seront accompagnées et aidées suivant leurs problématiques dans un lieu unique.

Cet accompagnement global permettra d’assister la femme dans les différentes étapes de son parcours de sortie des violences. La structure sera amenée à travailler avec le Centre d’Information des Droits des Femmes et des Familles (CIDFF) et l’Association Polyvalente d’Actions Judiciaires (APAJ) ou avec d’autres associations. 

Ces deux établissements disposeront d’un personnel qualifié parmi lesquels : médecins (pédiatre, gynécologue, généraliste), sage-femme, psychologue spécialisé, etc. Ouvert du lundi au vendredi de 7h à 17h et le samedi de 7h à 12h, en continu, ils offriront un accueil confidentiel et sécurisé. Ils seront implantés dans un espace proche de l’hôpital. La proximité géographique et le lien technique rapide avec les soins spécialisés offerts par l’hôpital sont un élément essentiel de la qualité et de la pertinence de ce projet. Ces deux établissements seront gérés par une association.

Tuiau signifie « accompagner, conduire, prendre par la main »,Tama signifie « enfants », Hine signifie « femme », d’où le nom de ces deux structures.

infos coronavirus

Témoignage : elle raconte comment elle a vécu la covid-19

Heureusement, tous les malades de la Covid ne développent pas de forme grave, comme en témoigne Me Brigitte Gaultier. Cette avocate au barreau de Papeete vient juste de reprendre son activité après plusieurs jours d’arrêt contraints et forcés. La sexagénaire a en effet contracté le virus après un rendez-vous avec l’un de ses clients. Durant 5 jours, elle a ressenti courbatures et grande fatigue, mais n’a jamais craint pour sa vie.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

Flash infoVOIR LE DIRECT
+