jeudi 13 août 2020
A VOIR

|

Bébé décédé lors d’une evasan : un autre témoignage, une enquête ouverte

Publié le

Colère et incompréhension aux Marquises après le décès d'un nourrisson lors d'une évasan. Ce drame n'était pas le premier. Dans une vidéo, une maman raconte avoir vécu la même situation il y a 3 ans. Le président du Pays a demandé l'ouverture d'une enquête.

Publié le 07/10/2019 à 15:42 - Mise à jour le 07/10/2019 à 16:09
Lecture 2 minutes

Colère et incompréhension aux Marquises après le décès d'un nourrisson lors d'une évasan. Ce drame n'était pas le premier. Dans une vidéo, une maman raconte avoir vécu la même situation il y a 3 ans. Le président du Pays a demandé l'ouverture d'une enquête.

Que s’est il passé dimanche ? Un bébé de 3 mois est décédé lors d’une evasan à Ua Pou, en speedboat, faute d’hélicoptère. Aux Marquises, c’est la colère et l’incompréhension. Les parents, qui avaient pu rejoindre Tahiti en avion, vont rentrer dans leur île. Une marche blanche a été organisée à l’arrivée du corps du bébé.

500 personnes participent à la marche blanche en hommage au bébé de 3 mois décédé lors d’une evasan Source Photo Facebook Quoi de neuf à Ua Pou

Dans une vidéo publiée sur la page Quoi de neuf Ua Pou, une autre maman de Ua Pou raconte : elle a vécu une histoire similaire. « Il y a 3 ans, mon bébé de 9 mois et demi a vécu les mêmes complications au dispensaire de Haka Hau à Ua Pou et est décédé dans les mêmes circonstances que Hoane, ce nourrisson de 3 mois décédé pas plus tard qu’hier. L’évasan de mon fils était faite par bateau de nuit. Et à notre arrivée à Nuku Hiva, mon bébé décède. 3 ans plus tard nous en sommes à un autre drame. mais quand est-ce que ça va s’arrêter ? » demande la maman qui estime que les Marquises sont délaissées et qu’un hélicoptère devrait pouvoir effectuer des evasan dans ces îles.

[ACTUALITÉ – Témoignage]Témoignage de Julie Bruneau dont le fils de 9 mois et demi est décédé il y a 3 ans de cela dans les même circonstances.

Posted by Quoi de neuf à Ua-Pou on Monday, October 7, 2019

Le président Edouard Fritch a confié à l’Agence de régulation de l’action sanitaire et sociale (ARASS) le soin d’ouvrir immédiatement une enquête afin de faire « toute la lumière sur les circonstances et les responsabilités éventuelles qui ont pu présider au décès tragique » du nourrisson.

Dans un communiqué, Sylvana Puhetini et Eliane Tevahitua, élues à l’assemblée et rapporteures de la mission d’information portant sur les conditions de prise en charge des patients bénéficiant d’une évacuation sanitaire inter-îles, insistent sur la nécessité de mener ces travaux. Elles soulignent que « la mission d’information met actuellement tout en œuvre pour redéfinir l’organisation de l’aide médicale d’urgence et la prioriser sur tous les transports sanitaires existants afin que plus jamais de tels événements puissent survenir dans de telles conditions au Fenua »

Plus d’informations ce lundi soir dans nos journaux. Sylvana Puhetini sera notre invitée

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV