mercredi 21 août 2019
A VOIR

|

Bateaux de pêche, Hao, tourisme : entretien avec le consul de Chine en Polynésie

Publié le

Publié le 30/03/2019 à 15:14 - Mise à jour le 30/03/2019 à 15:14
Lecture 3 minutes

C’est dans sa résidence personnelle sur la côte ouest de Tahiti que Shen Zhiliang nous reçoit. D’habitude discret, le consul de la République populaire de Chine au fenua a décidé de prendre la parole après la polémique sur les thoniers chinois. Et le représentant officiel de l’Empire du Milieu réfute toute pêche illégale de ces navires dans nos eaux. “J’ai noté certains propos sur les réseaux sociaux disant que les navires chinois qui font escale à Papeete se livrent à de la pêche illégale dans les eaux polynésiennes. Mais tous ces navires ont des attestations. La pêche de ces bateaux respecte les conventions internationales. Ces navires sont aussi très surveillés par les autorités françaises et polynésiennes. Ces rumeurs sont sans fondement et mal intentionnées. La Chine surveille également. Nous avons des lois strictes et les entreprises de pêche surveillent leurs navires 24h/24 mais je ne suis pas surpris par ces paroles. Des bateaux scientifiques viennent également ici et parfois on entend dire que ce sont des bateaux d’espionnage. Mais ce sont des personnes mal intentionnées qui inventent cela.” 

Le consul considère que ces “rumeurs”, comme il les appelle, ne concernent qu’une infime partie de la population : “La plupart des Polynésiens sont favorables à la coopération entre la Chine et la Polynésie française. Sur le plan international, il y a des personnes qui dénigrent la Chine. Mais c’est une petite partie. Les avis d’une minorité de gens en Polynésie ne représentent pas la majorité de la population.”

> Hao : “le programme est toujours en bonne voie”

Autre sujet d’actualité : la future ferme aquacole de Hao. Un projet qui tarde à se concrétiser. Mais le diplomate a bon espoir qu’il sortira de terre. “En mai dernier, il y a eu une cérémonie d’inauguration à Hao et en août, une délégation de la Banque d’exploitation de Chine est venue pour inspecter le chantier sur place et pour des discussions plus approfondies. Les deux parties sont toujours en contact. Des ingénieurs polynésiens doivent aussi se rendre prochainement à Shanghai. Je pense que le programme est toujours en bonne voie. Aucune des deux parties ne m’a fait part de son intention d’abandonner le projet.”

Shen Zhiliang assure également que l’aspect environnemental, qui inquiète une part de la population, est particulièrement pris en compte par les investisseurs chinois. “Je sais qu’il existe des inquiétudes. C’est compréhensible. Depuis le lancement du projet, il y a eu des études. La Polynésie et la France ont posé une liste de questions pour assurer que le projet soit réalisé sans dommage pour l’environnement. Pour les entreprises chinoises, la protection de l’environnement est une chose importante. Ce programme bénéficie des technologies les plus avancées pour garantir la protection de l’environnement”, assure le consul. 

> La Polynésie, “une destination de luxe pour les touristes chinois”

La Polynésie misait aussi ces dernières années sur le tourisme chinois. Sauf que le nombre de visiteurs de l’Empire du Milieu peine toujours à décoller. Pour plusieurs raisons selon le consul : “Il faut notamment prendre en compte les différences culturelles, les habitudes alimentaires et le coût élevé du voyage. Il n’existe pas non plus de vol direct entre la Chine et la Polynésie. La Polynésie a  la possibilité par exemple de former les personnels d’hôtellerie ou de la restauration pour qu’ils apportent une attention particulière aux habitudes des touristes chinois. Mais la Polynésie reste une destination de luxe pour les touristes chinois.” 

Arrivé en 2017 au fenua, Shen Zhiliang dit apprécier la qualité de la vie sous nos latitudes même si ses notions de reo Tahiti sont encore minimes. “Des amis essaient de m’enseigner le tahitien mais la prononciation est encore trop compliquée pour moi. Je retiens quelques mots comme “maeva” et “mauruuru” mais je vais faire des efforts.” 

​Interview : J.B Calvas

Laissez un commentaire

épidémie de dengue

DOSSIERS DE LA REDACTION

Le recyclage des déchets numériques en Polynésie

Comment recycler vos déchets électriques et électroniques ? Que deviennent-ils ? Qui finance les collectes ? Autant de questions essentielles pour notre environnement. Depuis le mois de juin, des opérations menées par Fenua Ma ont permis de récolter près de 30 tonnes de déchets auprès des particuliers. Un défi à relever pour la planète, mais qui n’est pas facile à mener.

Animaux errants, divagants… que font les communes pour endiguer le problème ?

Les animaux errants incarnent un souci permanent pour les Tavana à la recherche de solutions. À Bora Bora, une vaste campagne de stérilisation a été lancée en 2016, et cette année, l’île s’est aussi dotée d’un chenil géré par l’association "Bora Bora animara".

Dossier : tout sur l’allocation de rentrée scolaire

20 000 foyers ont reçu depuis jeudi dernier l’Allocation de rentrée scolaire (ARS) versée par la CPS. Cette aide financière est souvent indispensable pour les ménages les plus modestes. 35000 enfants de 2 à 21 ans vont pouvoir toucher entre 5000 et 24000 Fcfp pour acheter des fournitures scolaires. A qui s’adresse l’ARS ? A quel montant peut-on prétendre ? Réponses dans notre dossier :

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER