vendredi 5 mars 2021
A VOIR

|

Baleines : faire respecter les règles d’approche, pas si simple

Publié le

Publié le 23/09/2016 à 11:24 - Mise à jour le 23/09/2016 à 11:24
Lecture 2 minutes

Sur Internet comme dans la rue, les Polynésiens sont très concernés par le respect des baleines. « Ce sont des animaux magnifiques, il faut absolument respecter la distance et être sévères avec ceux qui approchent trop », déclare un homme interrogé sur une plage. « Il faut être sévère et bien répéter les règles, les faire passer sur les réseaux sociaux et même à la télé », propose une jeune fille. « Il faut les punir. Si on ne fait rien ils vont recommencer », lance un autre.
Et les Polynésiens ne manquent pas d’idées, de l’immersion avec les grands requins blancs à l’amende en passant par le retrait de permis bateau pour les plus irrespectueux. Une internaute propose même la création d’une brigade spéciale chargée de sillonner les eaux et de donner des amendes. 

Dans la réalité, la peine maximale pour non-respect des règles d’approche des baleines est de 1.7 million de Fcfp et 4 millions de Fcfp en cas de récidive. Récemment 3 PV ont été donnés par la brigade maritime. Les agents de la direction de l’Environnement sont également à même de donner des amendes.

Mata Tohora, association de protection des mammifères marins fait beaucoup de sensibilisation, chaque année, avant et pendant la saison des baleines. Et il y a des améliorations. Les Polynésiens sont de plus en plus respectueux des règles. Les moins attentifs à la loi ne sont pas forcément les prestataires de service, mais plutôt les particuliers. 

Les baleines à bosse viennent se reproduire dans nos eaux. Elles ne se nourrissent  pas en Polynésie et peuvent rapidement se fatiguer. Il est donc essentiel de préserver leur tranquillité. 

Rédaction Web

Le micro-trottoir et l’analyse de Sophie Guébel

Comment observer les baleines ?

infos coronavirus

La quarantaine passe à 10 jours pour les arrivants en Polynésie

"De manière générale, face au virus ou un de ses variants, la majorité des contaminations à la covid-19 sont constatées entre le quatrième et le huitième jour", explique le conseil des ministres dans son compte-rendu