jeudi 22 octobre 2020
A VOIR

|

Baccalauréat : une épreuve sur tatami

Publié le

Publié le 04/04/2019 à 14:44 - Mise à jour le 04/04/2019 à 14:44
Lecture 2 minutes

Ils passent le bac en kimono ! Huit élèves de Terminale n’aspirent pas à devenir judokas professionnels, ceintures bleu et marron, ils veulent mettre à profit leurs années d’expérience sur les tatamis pour engranger des points supplémentaires au baccalauréat.
 
Chaque candidat doit effectuer trois combats de quatre minutes sous les yeux du jury : cinq professeurs d’EPS, tous judokas… dont un ancien champion de France.
 
« Le but pour nous est de voir des judokas qui s’expriment pleinement, qui montrent tout ce qu’ils savent faire en judo, explique Teiva Guion, professeur d’EPS et président du jury. Et une fois que l’épreuve physique est terminée, ils ont un entretien. »
 
L’épreuve étant facultative, les candidats s’y présentent sereins. Comme Kaha, pour qui « le  judo est juste un loisir ». « Comme c’est du bonus, on n’a pas le stress de si on va réussir ou pas, confie-t-elle. Si c’est au-dessus de la moyenne on a des points en plus, sinon ce n’est pas grave. »
 
Pendant les combats, l’engagement est total. Et après chaque affrontement, les candidats débriefent entre eux.
 
Au cours de la matinée, on retrouve Tunoa, qui est lui aussi un habitué des tatamis, mais de jiu-jitsu brésilien. Il a été exceptionnellement autorisé à passer l’épreuve après avoir été jaugé par le jury. Mais ce n’est pas facile de passer d’une discipline à l’autre.
 
« J’ai fait l’erreur de travailler trop en bas, de trop me baisser, parce que j’ai l’habitude au jiu-jitsu brésilien, alors qu’ici on m’a fait la remarque qu’il ne faut pas… », souffle-t-il.
 
Tous espèrent que cette épreuve leur permettra d’obtenir plus facilement le bac. Car quelques points supplémentaires peuvent faire une grande différence.
 
« L’année dernière, j’ai eu une candidate qui avait 15,95 de moyenne générale au bac et le 16 qu’elle a eu en judo lui a permis de basculer et avoir la mention très bien », conclut Teiva Guion.
 
 

Rédaction web avec Jean-Baptiste Calvas, Jeanne Tinorua et Mike Leyral

infos coronavirus

Les programmes des vols internationaux d’octobre 2020 à mars 2021

Les compagnies aériennes internationales desservant la Polynésie française ont déposé, pour approbation, leurs programmes de vols pour la saison IATA Hiver 2020-2021, courant du 25 octobre 2020 au 27 mars 2021. Ces programmes de vols s’inscrivent dans le contexte de la pandémie mondiale de la Covid-19.

Covid-19 : quels protocoles sanitaires pour les infirmiers libéraux à Raiatea ?

Plusieurs corps de métiers sont directement exposés à la Covid-19. Parmi eux, les infirmiers libéraux. À Raiatea, ils sont cinq à exercer cette profession. Depuis le mois de mars, leurs visites à domicile sont soumises à un protocole très rigoureux, afin de les protéger, ainsi que leurs patients.