mardi 2 mars 2021
A VOIR

|

Baccalauréat : des révisions 2.0

Publié le

Publié le 31/05/2015 à 15:29 - Mise à jour le 31/05/2015 à 15:29
Lecture 2 minutes

Les lycéens du fenua sont entrés dans leur semaine de révision, dernière ligne droite avant les épreuves du baccalauréat. Mardi prochain, les classes de Terminales ES (économique et social) et L (Littéraire) débuteront la série d’évaluations par la traditionnelle épreuve de philosophie. Les classes de Terminales S commenceront quant à elles par l’Histoire et la Géographie. 

Si certains révisent encore « à l’ancienne », à l’aide de leurs cours, manuels et des annales, d’autres misent sur les nouvelles technologies. « Aujourd’hui, travailler sur un support numérique c’est beaucoup plus sympa. ça va plus vite,  on a beaucoup plus de matière », témoigne une étudiante de Terminale ES. « On peut avoir des cours en vidéo également. Cela permet d’avoir un cours sous un autre angle. Après, il faut prendre du recul. Tout n’est pas juste », explique sa soeur, étudiante de Terminale S. « Certains profs nous conseillent certains sites qui sont bien mis au point. Après, ça fait partie du travail personnel de trouver les bons sites, adaptés à notre travail, à notre fonctionnement », ajoute la jeune femme. 

 

Les étudiants se confient sur leurs méthodes de révision

Du côté des professeurs, on conseille bien évidemment de suivre les cours toute l’année, de « faire des fiches », et pendant les révisions, de « relire soigneusement les cours ». Pour Olivier Moné, professeur de philosophie, il est également utile de « revoir tous les devoirs réalisés » pendant l’année. Des méthodes traditionnelles, certes, mais l’enseignant n’est pas pour autant fermé au numérique : « Il y a quelques sites sur Internet qui sont faits à destination des élèves et pour préparer au bac philo », déclare Olivier Moné qui admet en utiliser pour aider ses élèves à réviser. Mais si le numérique peut « être pratique », pour le professeur, il ne s’agit pas d’une évolution, mais plutôt d’une « coquetterie de la part des élèves à croire que c’est le support qui va faire l’intérêt du texte. Cela peut-être parfois pratique mais prendre son cours en classe, c’est déjà le mémoriser. Ce que ne permet pas la lecture rapide de sites Internet », estime-t-il. 
A chacun sa technique. 

Olivier Moné, professeur de philosophie

infos coronavirus