lundi 19 octobre 2020
A VOIR

|

Baccalauréat : des oraux par visioconférence pour huit élèves

Publié le

Publié le 27/06/2019 à 15:14 - Mise à jour le 11/07/2019 à 14:29
Lecture < 1 min.

Pour la session 2019 des examens du baccalauréat en Polynésie, six élèves ont choisi le japonais comme langue vivante en option 2. Si leurs camarades de classe, qui ont choisi espagnol, anglais ou tahitien, ont pu passer leur oral face à un examinateur, pour ceux qui ont choisi le japonais, une seule option : la visioconférence.

« On n’a pas la ressource suffisante, explique Ariinui Léontieff, chef du pôle baccalauréat général et technologique des examens. On a un seul prof qui enseigne le japonais qui est au lycée La Mennais, et étant donné que c’est une série littéraire, il ne peut pas interroger ses propres élèves. Cette fois on fait appel à la Nouvelle-Calédonie, donc on travaille avec le vice-rectorat de la Nouvelle-Calédonie qui met à disposition des évaluateurs. »

Une caméra, un écran et pour l’occasion, un interlocuteur de Nouvelle-Calédonie. Une demi-heure est donnée aux candidats pour convaincre l’examinateur. Malgré son absence physique, les candidats n’ont pas été perturbés.

« Ça change énormément, vu qu’on a l’habitude des oraux en face à face avec quelqu’un, relève Nyahna, l’une des élèves à passer l’oral de japonais. Mais sinon ce n’est pas forcément inconfortable, au contraire, tout marchait très bien, il n’y a eu aucun problème. »

Léo, lui, a choisi cette matière pour une raison bien particulière. « Je suis Japonais mais c’est ici que j’ai grandi et appris le japonais, en plus de me donner des points pour le bac, ça me permet de voir mon niveau », confie-t-il.  Cet examen par visioconférence, il l’a aussi plutôt bien vécu. « Tu es stressé, mais tu n’as pas vraiment devant toi une personne. J’ai bien aimé. »

Au total, huit élèves auront recours à la visioconférence cette année pour passer leur oral. Six en japonais et deux en italien avec, cette fois-ci, la participation d’un interlocuteur métropolitain.

REPORTAGENaea Bennett

infos coronavirus

Au lendemain des élections, la Nouvelle-Zélande enregistre un cas de coronavirus

La Nouvelle-Zélande a fait état dimanche d'un nouveau cas de coronavirus, deux semaines après une déclaration de la Première ministre Jacinda Ardern qui se félicitait que son pays ait "de nouveau vaincu le virus".

Faa’a : l’enterrement d’un cas de Covid-19 crée la psychose

Le premier enterrement d’une victime du coronavirus a Faa’a a eu lieu ce dimanche matin au cimetière de Saint-Hilaire. Un enterrement qui a suscité de vives inquiétudes chez une riveraine qui craint d’être contaminée par la dépouille mais qui, paradoxalement, dénonce également les travaux de la commune. Ces derniers ont en effet créé un espace réservé aux personnes décédées du Covid, ce qui l’empêche désormais de sortir se promener.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Fusées de détresse, déchets électroniques… : bien les jeter pour...

Les incendies récents au CET de Paiohoro et au CRT de la Punaruu sont très probablement liés à la présence de déchets électroniques mélangés aux déchets dits inertes. Les batteries de smartphones et autres tablettes électroniques, mais aussi les fusées de détresse sont un risque réel si elles ne sont pas bien triées.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV