samedi 17 avril 2021
A VOIR

|

Baccalauréat 2017: les terminales se lancent

Publié le

Publié le 12/06/2017 à 14:18 - Mise à jour le 12/06/2017 à 14:18
Lecture < 1 min.

Après les élèves de premières hier, c’est au tour des terminales de débuter leurs examens. Ce mardi matin, 3 325 candidats en bac général et en bac pro ont passé l’épreuve de philosophie. Selon les filières, les sujets ont traité de thèmes tels que la religion, la morale ou encore l’art.
 
Si certains ont trouvé l’épreuve difficile, d’autres affirment le contraire. « C’était une épreuve de philosophie normale. Quand on est préparé psychologiquement, ça va. Il n’y a pas à stresser. » rapporte Dylan Moro, élève en terminale S. « Cela ressemble à un contrôle qu’on fait en classe, comme d’habitude. Si tu as bossé dans l’année, ça passe. »
 
Ce sont 17 centres d’examens qui ont accueilli les futurs bacheliers. Parmi eux, des élèves de terminales mais aussi des candidats libres. Le plus âgé, un quinquagénaire, est inscrit au baccalauréat professionnel « métiers de la sécurité » préparé au lycée pro de Faa’a. La benjamine de l’édition 2017 est, quant à elle, une élève de Uturoa âgée de 16 ans.
 
Tous ces futurs bacheliers devront faire mieux que l’année dernière. En 2016, la Polynésie affichait un taux de réussite de 86.6% après deux années de baisse. C’est la filière S qui obtient le meilleur taux à plus de 90% de réussite contre 87.2% des élèves en L. 

Rédaction Web avec Brandy Tevero

infos coronavirus

Nouvelle-Zélande : essai d’une application pour détecter le virus avant les symptômes

L'application, appelée "elarm", se connecte aux montres connectées ou aux appareils mobiles qui mesurent les performances sportives et utilise l'intelligence artificielle pour...

Retour sur une année de Covid en Polynésie

L’année dernière à la même période, la Polynésie était confinée. Un mauvais souvenir marquant le début d’une crise sanitaire et économique due à la Covid-19. Des premiers cas au compte-gouttes, puis la flambée, jusqu’au contrôle de l’épidémie depuis fin décembre, le Dr Henri-Pierre Mallet revient avec nous sur cette année difficile.