lundi 6 juillet 2020
A VOIR

|

Aux Marquises, chaque ménage dépense en moyenne 235 000 Fcfp par mois

Publié le

Publié le 17/09/2018 à 8:15 - Mise à jour le 17/09/2018 à 8:15
Lecture 2 minutes

Dans un nouveau rapport publié par l’Institut de la Statistique de la Polynésie française  sur les dépenses des ménages aux îles Marquises, on apprend qu’en 15 ans, la dépense totale a progressé de 73% hors inflation et la dépense moyenne mensuelle de 36%. Parallèlement, la population a augmenté de 10 %.

>>> Lire aussi : Un appel aux dons pour que « Radio Marquises ne s’éteigne pas »

Des dépenses alimentaires plus faibles que celles de l’ensemble de la Polynésie française

Malgré une hausse des dépenses alimentaires depuis 2000, leur poids a diminué de cinq points dans le budget des ménages marquisiens. Mais l’alimentation demeure le premier poste de dépenses, soit 19% des dépenses moyennes, une part plus faible que celle des autres archipels éloignés, exception faite de Tahiti où l’alimentation pèse moins (17,5 %) dans le budget.

Les dépenses en transports, en transferts monétaires et en logement sont les postes qui ont aussi le plus contribué à la hausse globale.

>>> Lire aussi : Le câble Manatua, « une urgence » pour venir en secours de Honotua

En 2015, l’autoconsommation aux Marquises représente un montant de 2 milliards de Fcfp, soit 22% de la consommation totale contre 23% en 2000. Elle correspond à 56% de la dépense alimentaire mensuelle et permet une augmentation substantielle des ressources des familles les plus modestes. Pour l’ensemble de la Polynésie française, cette part passe de 11 à 8% du budget. L’autoconsommation correspond à une ressource monétaire de 66 000 Fcfp par mois et par famille. Aux Marquises, 77% de l’autoconsommation concerne des produits alimentaires (80% pour l’ensemble des archipels). 

La moitié de la population des Marquises a déclaré avoir un revenu mensuel inférieur à 82 000 Fcfp en 2015. Un seuil qui est supérieur à celui de l’ensemble de la Polynésie. 

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Foncier : les modalités de cession de terres au...

Le ministre de l’Économie verte, ministre en charge des affaires foncières, Tearii Alpha, a convié le président Edouard Fritch à ouvrir, lundi, la matinée de présentation de la mesure de restitution des terres de Rurutu et de Rimatara pour les familles pouvant prétendre à disposer de droits fonciers dans ces deux îles. Cette réunion, qui a rassemblé plus de 400 personnes, s’est tenue dans un des amphithéâtres de l’Université de la Polynésie française, à Punaauia.

Taputapuatea : le projet d’une ferme pilote bio d’un...

Sur les 25 dossiers polynésiens soumis au projet "PROTEGE", 7 ont été retenus. Parmi eux, la ferme pilote bio de Mathieu Boucher, située à Raiatea. Son objectif est d’améliorer les connaissances techniques en matière d’agriculture biologique pour créer un modèle de ferme exploitable individuellement.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV