lundi 19 octobre 2020
A VOIR

|

Au salon Made in Fenua, du sel de Tahiti

Publié le

Publié le 01/05/2019 à 14:30 - Mise à jour le 01/05/2019 à 14:30
Lecture 2 minutes

« L’idée est d’abord venue d’une discussion entre nous. On n’était pas d’accord sur une recette où ma sœur voulait utiliser de la fleur de sel. Et depuis, on s’est intéressées à la fleur de sel. Bien sûr, pour la connaître, il faut d’abord connaître le sel, et c’est de là qu’est partie la production de sel marin » explique Ursula Sanford, co-dirigeante de Tahiti Sel. « Cela nous a pris des mois et des mois de recherche pour avoir ce sel qu’on a aujourd’hui » ajoute sa sœur et co-dirigeante de la société, Hélène Sanford.

De la mer, du soleil et du vent, et beaucoup de patience : telle est la recette pour faire du sel. « On récolte l’eau de mer (des Tuamotu, NDLR) qu’on met dans des bassins que l’on a construit nous-mêmes, comme on n’a pas de marais salants. On laisse ensuite le soleil faire son travail, c’est tout. Il faut beaucoup de patience car il y a très peu de sel par litre d’eau de mer »  déclare Ursula.

Leur sel est décliné en plusieurs saveurs : mangue, papaye, ananas et citron. Des produits uniques exposés pour la première fois au salon Made in Fenua et que les clients découvrent avec enthousiasme : « Cela change, c’est original. J’ai goûté le sel à la mangue, c’est carrément bon » nous dit Moena Maiotui. « Il faut acheter et consommer local. Je vais mettre ce sel dans mes plats. Le goûter, c’est l’adopter » ajoute sa maman, Heimata Taupua.

La production locale est financée sur fonds propres. Les deux entrepreneuses ont déboursé 1,5 million de Fcfp pour démarrer l’aventure. Une aventure dans laquelle elles ne sont pas seules : « On a toute la famille avec nous. J’ai mes parents du côté des Gambier qui nous fournissent des fruits. J’ai Hélène qui produit du sel à Rangiroa, et j’ai aussi Hervé qui produit. C’est lui qui tient la première ferme du sel à Puka Puka » confie Ursula Sanford.

Il faut compter 500 Fcfp pour un sachet de sel nature et environ 800 Fcfp pour un sel aromatisé. Celui au citron concourt dans la catégorie meilleur produit de ce salon Made in Fenua.

Rédaction web avec Sophie Guébel et Esther Parau-Cordette

infos coronavirus

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Kaukura : une population proche de la nature

Direction l'atoll de Kaukura aux Tuamotu, une des îles de la commune associée de Arutua. L'aéroport de l'atoll étant en travaux, il faut rejoindre ce petit paradis sur terre en bateau, depuis Arutua.

Moorea économe, mais ses élus manquent d’exemplarité selon la...

Moorea est-elle bien gérée ? C’est la question à laquelle répond la chambre territoriale des comptes (CTC) qui a publié un rapport sur le sujet. Fiabilité des comptes, la situation financière de l’île, gouvernance ou encore services publics de proximité : autant de questions qu’a examiné la CTC sur une période de 6 ans. Si Moorea, qui est la quatrième commune de Polynésie, a incontestablement un potentiel, notamment touristique, l’absence de stratégies la dessert fortement. Ce rapport met aussi en avant des élus peu exemplaires. Ils sont 12 à cumuler 2,7 millions de Fcfp d’impayés : factures d’eau, de ramassage des ordures ou de téléphone. Et cela malgré les relances.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV