dimanche 21 juillet 2019
A VOIR

|

Au quartier Tenaho de Pirae, on se rappelle encore des dernières intempéries

Publié le

Publié le 06/01/2019 à 16:43 - Mise à jour le 06/01/2019 à 16:43
Lecture 2 minutes

Depuis deux ans, les habitants du quartier Tenaho, à Pirae, ont retrouvé leurs habitudes. Mais les crues diluviennes qui avaient causé d’importants dégâts en janvier 2017 sont encore dans toutes les têtes. Alors à chaque saison chaude, on scrute la rivière. Comme ces deux dernières nuits où la pluie a été abondante.
 
“Quand la pluie tombe, on ne dort pas bien, on est inquiets, confie Priscille, une habitante du quartier. Moi, c’est surtout par rapport à mes enfants. Mon fils n’est pas bien non plus quand il pleut.”
 
La maison de Priscille avait été grandement endommagée il y a deux ans. Elle a pu bénéficier d’aides pour la reconstruire, mais pas suffisamment. Il a fallu que la famille s’endette pour payer la totalité des réparations, ce qui a aussi changé son quotidien.
 
“C’est toujours compliqué parce que c’est toute une réorganisation pour mon mari et moi, poursuit-elle. On ne peut plus se permettre de faire des folies comme on avait l’habitude. Maintenant, tout est compté.”
 
 

Son beau-frère Timi, qui vit dans la maison d’à côté, a aussi reçu des matériaux. Mais faute de bras pour l’aider, il ne les a pas encore utilisés. Après les événements de 2017, mais aussi de 1998 dont il se souvient, il se montre fataliste.
 
“Je ne m’inquiète plus, je me suis trop habitué d’entendre ces grosses pierres qui dévalent de la vallée. Je suis immunisé, si on peut dire ça”, s’amuse-t-il à dire.
 
Suite aux crues d’il y a deux ans, les autorités ont réalisé des travaux de consolidation de la berge. Mais les habitants doutent que ce soit suffisant en cas de fortes pluies.
 
“Le niveau de l’enrochement qui a été fait est plutôt bas, il aurait fallu le remonter un peu plus, analyse Priscille. Là, si la pluie continue, ça va céder et l’eau risque de repasser par-dessus les rochers.”
 
Malgré tout, les riverains restent attachés à leur quartier. Comme Timi qui, pour rien au monde, n’irait ailleurs.
 
“Même si on m’annonce le cyclone, tout ce que tu voudras, je ne vais pas bouger d’ici”, conclut-il avec le sourire.
 

Rédaction web avec Jean-Baptiste Calvas et Sam Teinaore

Laissez un commentaire

épidémie de dengue

DOSSIERS DE LA REDACTION

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X