mercredi 12 août 2020
A VOIR

|

Au lycée de Papara, la dictée ELA pour combattre la maladie

Publié le

Publié le 14/10/2018 à 15:04 - Mise à jour le 14/10/2018 à 15:04
Lecture 3 minutes

Il n’est pas toujours facile de se mobiliser pour une cause face à un sujet aussi peu maîtrisé que la leucodystrophie. L’Association européenne contre les Leucodystrophies (ELA) a donc lancé la campagne « Mets Tes Baskets et bats la maladie », parrainée par le footballeur Zinédine Zidane. Elle a débuté ce lundi 15 octobre avec une dictée organisée dans les établissements scolaires de toute la France, y compris en Polynésie.

Au lycée polyvalent Tuianu Legayic de Papara, la démarche a permis d’ouvrir les esprits. La grande dictée a mobilisé plus d’un millier d’élèves avec le corps enseignant. C’est la deuxième fois que le lycée se prête à l’exercice. Mais plus qu’un exercice, cette action a pour but de collecter des fonds pour financer la recherche médicale ainsi que l’accompagnement des familles concernées. Elle permet aussi d’échanger sur les valeurs de solidarité et de respect, et de sensibiliser les jeunes aux leucodystrophies, ces maladies génétiques rares qui détruisent la myéline (gaine des nerfs) du système nerveux et engendrent des situations de handicap très lourd. « On a demandé à toutes les classes et à tous les professeurs de faire cette dictée pour se montrer solidaires pour ces enfants atteints de maladies leucodystrophiques. (…)  J’ai été agréablement surprise de voir comment les élèves étaient motivés et passionnés par la mise en place de ce projet » confie Marjolaine Cheung, professeure de Français au lycée de Papara.

Matahi Drollet -surfeur de Teahupoo, ancien élève- et Vaimiti Vanel-Tunoa -gérante de la conserverie de Papara, ancienne élève- ont joué le rôle du professeur et ont lu la dictée aux jeunes de l’établissement. « C’était important pour moi d’être là ce matin et de pouvoir parler à ces jeunes. C’était un beau moment de partage. Il ne faut pas être centré que sur nous-mêmes aujourd’hui, il faut penser aux autres. Le développement et le rayonnement de la Polynésie passe par ces jeunes qui demain entreront sur le marché du travail et participeront à l’économie sociale et solidaire de notre Pays » déclare Vaimiti Vanel-Tunoa.

Les élèves ont planché sur un texte inédit écrit par Alice Zeniter (Prix Goncourt des Lycéens en 2017) intitulé « Leucodystrophie », empreint du combat des personnes affectées par une forme de leucodystrophie.

« Cela s’est bien passé, je suis très content de pouvoir aider à la lutte contre ces maladies. C’était une très belle dictée » nous dit Morotea Avaeoru, élève de première au lycée Tuiani Legayic. « C’est important que l’on fasse cette dictée tous ensemble. Cela montre que l’on est solidaires et qu’on soutient les malades » ajoute Hereiti Aiamu, une autre élève.

Comme au Téléthon, du 15 au 20 octobre, plusieurs actions sont menées sur toute l’Europe et mobilise les associations, les chaînes de télé et aussi les célébrités qui n’hésitent pas à donner de leur temps pour collecter les dons et faire avancer la recherche médicale. Mercredi, un cross sera organisé au lycée de Papara. Un parcours collectif qui permettra aux élèves de courir par équipe de 4 à 6 et d’être parrainés afin de sponsoriser leur course.
 

Rédaction web avec Jeanne Tinorua-Tehuritaua

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV