vendredi 26 février 2021
A VOIR

|

Au fenua, de nouvelles activités se créent autour du Airbnb

Publié le

Le marché des locations Airbnb ne cesse de croître en Polynésie. Des centaines d’appartements et maisons sont proposés sur les plateformes spécialisées. Le secteur représente donc aujourd’hui une importante manne financière. Ce qu’ont bien compris de jeunes entrepreneurs. Ils ont créé il y a quelques mois une conciergerie. Grace à elle, moyennant une commission, les propriétaires des biens n’ont plus rien à faire.

Publié le 29/12/2019 à 12:06 - Mise à jour le 30/12/2019 à 14:13
Lecture 2 minutes

Le marché des locations Airbnb ne cesse de croître en Polynésie. Des centaines d’appartements et maisons sont proposés sur les plateformes spécialisées. Le secteur représente donc aujourd’hui une importante manne financière. Ce qu’ont bien compris de jeunes entrepreneurs. Ils ont créé il y a quelques mois une conciergerie. Grace à elle, moyennant une commission, les propriétaires des biens n’ont plus rien à faire.

Bertrand n’est pas un agent immobilier mais un « faresitter », autrement dit un concierge. Pâtissier de profession, il occupe une partie de son temps libre en accueillant touristes ou résidents ayant loué un logement de courte durée.

Car avec l’explosion du Airbnb, et son marché de 4 milliards de francs selon les chiffres de nos confères de Tahiti Infos, de nouvelles activités se sont créées.

La plateforme EasyLoc, qui emploie Bertrand comme patenté, a ainsi été fondée il y a peu par trois amis. Elle permet aux propriétaires de biens loués en courte durée de bénéficier des services d’un « faresitter ». C’est lui qui s’occupera de tout.

Bertrand, faresitter, pendant l’accueil d’un client. (crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

« Le travail de concierge va consister à faire tout ce qui est communication en amont de l’arrivée du voyageur : se renseigner sur leur horaire d’arrivée, leur vol, savoir s’ils ont besoin d’un transfert, s’ils ont besoin d’informations à propos du logement, à propos des taxis ou des sociétés qui louent des véhicules, détaille Bertrand, faresitter patenté. Ensuite on va s’occuper de tout l’accueil des clients, leur présenter le logement. On va aussi s’occuper du client pendant son séjour, si jamais il a besoin de quoi que ce soit. A son départ on va venir pour lui dire au revoir, récupérer les clés du logement, ensuite on va avoir tout le nettoyage du logement à faire. »

Pour l’un des fondateurs de la plateforme, qui se rémunère en prenant un pourcentage sur le montant de la location, les Airbnb présentent de multiples avantages pour les propriétaires de biens.

« Concernant le logement, l’expérience nous a montré qu’il se dégrade beaucoup moins qu’une location longue durée, parce qu’à force de faire des check-in, des check-out, nos faresitters nettoient ou avertissent le propriétaire dès qu’il y a des dégradations, explique Thomas Slowinski, cofondateur d’EasyLoc. Ensuite ils augmentent leur revenu locatif et aussi ils peuvent récupérer leur logement ou en faire profiter leur famille quand ils veulent et bloquer justement le calendrier. »

Et le jeune entrepreneur considère que ces logements ne font pas concurrence à l’hôtellerie et aux pensions de familles, bien au contraire…

« On est une soupape quand l’hôtellerie ne peut pas faire face à la demande des voyageurs, poursuit Thomas Slowinski. Par exemple, s’il y a une grève ou quoi que ce soit, on a les tours opérateurs qui nous appellent directement pour reloger leurs touristes. Et sans les Airbnb je ne sais pas actuellement, en l’état, comment les loger. »

Actuellement, plusieurs centaines de locations courte durée sont proposées au fenua.

infos coronavirus